Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Pas du tout! Vous pouvez archiver!»: Quand Hidalgo promettait de ne pas être candidate

© AFP 2021 THOMAS SAMSONAnne Hidalgo
Anne Hidalgo - Sputnik France, 1920, 12.09.2021
S'abonner
Aujourd’hui, Anne Hidalgo s’est officiellement lancée dans la course à la présidentielle 2022, souhaitant «mettre fin au mépris de ceux qui connaissent si mal nos vies». Or, il y a près d’un un, elle assurait que Paris la «comblait» et qu’elle «ne cherchait rien d’autre».
«Anne Hidalgo ne voulait pas être candidate, mais il y a des dynamiques qui s’imposent», explique cette semaine dans les colonnes de Libération un proche de la maire de Paris, ajoutant que cette «hypothèse qui était crédible est devenue évidente».
En effet, comme l’a fait savoir ce 12 septembre la maire socialiste de Paris, et désormais candidate à la présidentielle 2022, elle veut «mettre fin au mépris de ceux qui connaissent si mal nos vies», critiquant le quinquennat d’Emmanuel Macron qui a «divisé comme jamais» les Français, «aggravé» les problèmes sociaux et «a tourné le dos à l’écologie».
Pourtant, Anne Hidalgo n’a pas toujours été cohérente dans ses annonces quant à ses ambitions présidentielles.

«Vous pouvez archiver»

En effet, fin juin 2020, candidate à sa réélection à la mairie, elle a répondu à une question de Quotidien quant à son éventuelle candidature à l’Élysée:
«Pas du tout! Vous pouvez archiver! Alors, là allez-y et vous verrez. Je suis quelqu’un de très clair».
Le 17 septembre de la même année, dans une interview au Point, interrogée au même sujet, elle affirmait qu’il ne fallait pas «brûler les étapes», sans directement exclure cette possibilité:
«Définissons d’abord le projet que les sociaux-démocrates et les écologistes doivent bâtir».
En mars 2021, auprès de Sud Ouest, elle informait vouloir «créer une offre politique» et ainsi ne pouvoir se résoudre à «une absence de perspective où le seul choix devient au final celui de voter contre l’extrême droite».
Ce 12 septembre, trois jours avant la sortie de son livre «Une femme française», Anne Hidalgo a lancé à ses partisans sur les docks de Rouen que «humblement, consciente de la gravité de cet instant», elle a «décidé d’être candidate à la présidence de la République française».

«Elle a l’expérience, le parcours»

Alors qu’à gauche, Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel ou encore Arnaud Montebourg sont candidats, Anne Hidalgo semble être la mieux préparée, estime auprès de Libération un proche, qui assure qu'«elle a l’expérience, le parcours, la surface médiatique pour être candidate. Et elle est prête à mener la bataille, à la différence d’une Christiane Taubira. […] Une campagne présidentielle, c’est du décapage au sable. Ça impose une force morale […]. Et Anne a déjà été exposée ad nauseam en tant que maire de Paris».
Selon un sondage Ifop Fiducial pour LCI et Le Figaro publié le 11 septembre, la maire socialiste de Paris serait créditée de 7 à 9 % des intentions de vote, contre 8 à 10% pour Jean-Luc Mélenchon et 7,5 à 8% pour le ou la gagnant(e) de la primaire écologiste.
Pour le sénateur PS Rémi Féraud, «c’est l’automne qui va déterminer quel candidat va porter une dynamique», alors que leur nombre à gauche s’accroît.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала