Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Je n'ai jamais pensé à attaquer la Chine»: Trump répond aux propos du plus haut gradé du Pentagone

© AP Photo / Gerald HerbertDonald Trump
Donald Trump  - Sputnik France, 1920, 15.09.2021
S'abonner
Après la publication des extraits d’un livre selon lequel le chef d'état-major américain aurait secrètement appelé son homologue chinois pour assurer que Donald Trump n’allait pas attaquer la Chine, l’ex-Président a démenti ces affirmations en évoquant une «trahison».
L’ouvrage «Péril» de deux journalistes du Washington Post, qui devrait paraître dans les prochains jours et dont des extraits ont été publiés par le Washington Post et CNN, relate que le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a appelé deux fois le général Li Zuocheng pour assurer que Donald Trump n’allait pas lancer une attaque militaire contre la Chine. Dans une interview à Newsmax, l’ex-Président américain s’est montré sceptique quant à ces affirmations en évoquant une «trahison» si c’était le cas.
Selon ce livre, Mark Milley aurait fait ces appels avant l'élection présidentielle de 2020, le 30 octobre et le 8 janvier, deux jours après l'assaut contre le Capitole, en assurant à son homologue chinois la stabilité du gouvernement américain.
«Tout d'abord, si c’est vrai, ce qui est difficile à croire, qu'il aurait appelé la Chine et fait ces choses et qu'il était prêt à les aviser d'une attaque […], c'est de la trahison», a déclaré Donald Trump.
Reconnaissant qu'il avait mené une politique dure avec Pékin en matière de commerce et de Covid-19, il a poursuivi en qualifiant l'idée d’une attaque de «totalement ridicule».

«Il sera jugé pour trahison»

Dans un communiqué publié peu après son interview, Donald Trump a avancé l'hypothèse selon laquelle Mark Milley avait lui-même inventé l'histoire et l'aurait divulguée à deux journalistes qu’il a décrits comme ceux «qui écrivent de la fiction, pas des faits».
«Je suppose qu'il [Mark Milley, ndlr] sera jugé pour trahison s'il a échangé avec son homologue chinois derrière le dos du Président», a-t-il ajouté en assurant qu’il «n'avait même jamais pensé à attaquer la Chine».
Donald Trump a qualifié les auteurs du livre de «malades et déments» et a  considéré les éditeurs comme des gens qui «ne valent pas mieux».
Il se déclare être «le seul Président en des décennies qui n'a pas entraîné les États-Unis dans une guerre». «Un fait bien connu qui est rarement rapporté», précise-t-il. 

D’autres militaires désabusés

Ce n’est pas le premier cadre de la Défense américaine qui tourne le dos à Donald Trump. Jim Mattis a quitté le secrétariat à la Défense en décembre 2018 au lendemain de l'annonce par le Président d'un retrait unilatéral total de Syrie.
Après qu’il a évoqué dans une tribune publiée le 3 juin 2020 dans le grand mensuel américain The Atlantic les tentatives de Donald Trump de «diviser les Américains», le milliardaire l'a qualifié de «général le plus surestimé du monde» et de «chien fou» en se réjouissant de son départ.
Mark Esper, alors chef du Pentagone et successeur de Mattis, s’est publiquement déclaré opposé le 3 juin 2020 au déploiement de l’armée américaine sur le sol américain, théâtre de manifestations antiracistes après la mort de Georges Floyd.
Il a également regretté s’être affiché le 1er juin 2020 aux côtés de Donald Trump, quand celui-ci s’est fait photographier devant une église avec une bible à la main, quelques minutes après la dispersion brutale, à coups de matraques et de gaz lacrymogène, de manifestants qui protestaient pacifiquement près de la Maison-Blanche.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала