Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un ado espagnol hospitalisé pour sa grave dépendance à un jeu vidéo

© Photo Pixabay / WFloreUn hôpital (image d'illustration)
Un hôpital (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 15.09.2021
S'abonner
Un jeune Espagnol accro aux jeux vidéo, qui refusait de sortir, a été hospitalisé pendant deux mois pour son addiction, raconte à Sputnik l’université Jacques-Ier.
Son addiction au jeu Fortnite a mené à l’hospitalisation d’un adolescent en Espagne, fait savoir à Sputnik l’université Jacques-Ier, assurant qu’il s’agit du premier cas clinique au monde d'un mineur admis pour addiction à un jeu vidéo. Le garçon est resté à l’hôpital pendant deux mois, précise l’université qui a pris part à l’observation de l’adolescent.
Le patient n’a pas quitté sa maison, il a refusé de se rendre dans des endroits publics et a négligé son hygiène, en passant son temps seulement sur un jeu vidéo. En outre, il ne s'intéressait plus à ce qui se passait autour de lui et affichait une grande sélectivité dans ses goûts, le tout accompagné de troubles du sommeil.
«Le jeu est devenu un refuge pour ses expériences émotionnelles», expliquent les experts de l’université.
Le traitement a duré deux mois. Il a exigé une approche interdisciplinaire qui comprenait à la fois un travail avec le patient lui-même et avec sa famille.

L’état mental de l’adolescent

Le mineur a reçu un diagnostic de trouble du spectre de l'autisme (TSA), d’anxiété sociale et de deuil compliqué (DC) à cause de la perte de sa mère. Elle est décédée d'un cancer, il y a un an. Mais avant, le garçon avait de bonnes notes à l’école.
Une réduction significative du temps de jeu et une amélioration des activités personnelles et sociales du patient ont été remarquées à la fin de son traitement à l’hôpital.

La maladie mentale reconnue par l’OMS

L'OMS a inscrit l’addiction aux jeux vidéo sur la liste des maladies mentales en 2018.
En France, l’enquête Pelleas menée en 2013 sur un échantillon d’élèves en Île-de-France a fait apparaître que pour un adolescent sur huit l’usage des jeux vidéo est problématique, indique le site du gouvernement.
«À ce jour, sur 27 études réalisées entre 1998 et 2016 et dans 14 pays d’Europe, huit pays d’Asie du Sud-Est, les États-Unis, et notamment l’Australie, le pourcentage moyen de prévalence est de 4,7%.»
«2,5 milliards de personnes jouent aux jeux vidéo dans le monde. La France compterait 31 millions de joueurs réguliers. S’il s’agit d’un loisir constructif pour certains, une petite minorité va avoir tendance à se réfugier dedans et devenir totalement dépendante. Adulte, ado ou enfant, l’addiction aux jeux vidéo peut concerner toutes les tranches d’âge. D’ailleurs, contrairement aux idées reçues, la moyenne d’âge des joueurs est de 34 ans», écrit SOS Joueurs, une association à but non lucratif qui aide les gens à lutter contre leur dépendance aux jeux, y compris les jeux vidéo.
L’association précise en outre qu’environ «250.000 Français souffriraient d’addiction aux jeux d’argent et un tiers des jeunes gameurs seraient concernés par une dépendance aux jeux vidéo».
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала