Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Emmanuel Macron-Mohammed ben Zayed: le mariage parfait?

© AFP 2021 STEFANO RELLANDINIEmmanuel Macron et Mohammed ben Zayed Al Nahyane
Emmanuel Macron et Mohammed ben Zayed Al Nahyane - Sputnik France, 1920, 16.09.2021
S'abonner
MBZ, le ministre de la Défense d’Abou Dhabi, partenaire privilégié de Paris, est venu à Paris ce 15 septembre pour rencontrer Emmanuel Macron. L’occasion de réaffirmer la solidité des liens qui unissent la France et les Émirats arabes unis. Analyse.
«Monsieur Emmanuel Macron et Son Altesse Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyane ont exprimé leur volonté commune d’approfondir et d’étendre le partenariat entre» la France et les Émirats arabes unis, stipule le communiqué de l’Élysée. La visite du prince héritier émirati à Paris ce 15 septembre semble s’est soldé par un succès.
En privé, l’enthousiasme serait au moins aussi important. Certains diplomates en viendraient presque à croire à une forme de fascination d’Emmanuel Macron pour son homologue émirati.

«Coopérer dans tous les domaines»

Réunis au fastueux château de Fontainebleau à l’occasion d’un déjeuner, les deux dirigeants ont fait part de leur volonté de «coopérer dans tous les domaines afin de résoudre ensemble les problèmes internationaux et régionaux communs». Fait symbolique: la restauration du théâtre du château a été financée à hauteur de 10 millions d’euros par le frère de Mohammed ben Zayed (MBZ).
Un «partenariat stratégique» aux airs de lune de miel géopolitique qui repose, du côté français, sur un quatre pieds principaux, explique au micro de Sputnik Gérard Vespierre, directeur de recherche à la Fondation d’études pour le Moyen-Orient (FEMO).
«Il y a quatre grands axes: la lutte contre l’islam politique, les opportunités économiques que présentent les émirats, l’intérêt mutuel pour les secteurs de haute technologie et le militaire.»
En effet, MBZ, le ministre de la Défense d’Abou Dhabi, est un féroce combattant de l’islam politique, en particulier celui porté par les Frères musulmans*. Que ce soit en Égypte où il soutient le Président Sissi, ennemi juré de la mouvance frériste, en Libye, où il soutient le maréchal Haftar ou en Méditerranée orientale, où il dénonce l’agressivité turque, le dirigeant se pose en rempart face à cet islam politique, pourtant soutenu par son voisin et rival régional qatari.

Spatial et intelligence artificielle

Sur le plan économique également, le pays est offre de séduisantes perspectives à Paris. Les Émirats renferment 6% des réserves prouvées de pétrole au monde avec une population nationale réduite (10,4 millions d’habitants, dont seulement 12% de souche). Ces dispositions en font un partenaire économique privilégié, et le volume des échanges commerciaux bilatéraux s’est établi à 4,8 milliards d’euros en 2019.
Les occasions d’investissements réciproques sont légion. Le fonds souverain d’Abou Dhabi promettait ainsi en 2020 d’investir un milliard d’euros dans les fleurons de l’économie française.
«Les Émirats arabes unis sont les leaders du monde arabe et musulman dans le domaine des hautes technologies», rappelle le directeur de recherche à la FEMO.
Les secteurs du spatial et de l’intelligence artificielle les intéressent particulièrement. Deux secteurs d’avenir dans lesquels ils investissent largement. Encore un domaine d’intérêt mutuel entre les deux pays.
Enfin et surtout, Abou Dhabi est un partenaire majeur de la France du point de vue militaire. Les deux pays sont liés depuis 1995 par un accord commun de défense. Depuis 2009, la France dispose dans la capitale des Émirats d’une base aérienne stratégique pour ses opérations au Moyen-Orient. Celle-ci a notamment servi à l’évacuation vers l’Hexagone des derniers ressortissants français d’Afghanistan, ainsi que de citoyens afghans en danger. C’est également de cette base que partaient une partie des jets qui allaient frapper l’État islamique* au Levant.
«Et ce sont aussi de très bons clients. Cela boucle la boucle militaire», précise Gérard Vespierre.
En effet, au-delà de ce partenariat stratégique dans une région où la France se fait de plus en plus rare, les Émirats sont un important client de l’industrie d’armement française. «Dès le premier rapprochement militaire et les premières ventes d’armes en 1977, la connexion entre la France et les EAU a eu quelque chose de spécial, un sentiment d’évidence entre deux pays au caractère fort, mais de taille relativement petite», analyse quant à lui Jalel Harchaoui, chercheur à l’Institut des relations internationales Clingendael aux Pays-Bas, dans les colonnes d’OrientXXI.

«Autocratie dure»

Ainsi, les commandes d’armes des Émirats à la France ont-elles représenté un montant global de 4,7 milliards d’euros entre 2010 et 2019, dont 1,5 milliard pour la seule année 2019, selon le rapport 2020 au Parlement sur les exportations d’armement.
Mais quid des dérives politiques du régime émirati? En effet, «marqué par sa formation militaire, MBZ nourrit une vision politique belliqueuse. Le prince héritier veut faire des Émirats, qui ne sont pas un État démocratique, la nouvelle puissance stabilisatrice de la région, volonté sous-tendue par son aversion pour les régimes pluralistes», remarque Jalel Harchaoui. «Toute forme de pluralisme est en effet perçue comme une source d’incertitude politique indésirable.» Dans le classement de «qualité de démocratie» réalisé par l’université de Wurzburg en Allemagne, les Émirats se situent à la 153e place (sur 176) et sont décrits comme une «autocratie dure.»
À cette vision politique s’ajoute le sanglant engagement militaire émirati dans le conflit yéménite. D’autant que durant cette guerre, la France a parfois été impliquée indirectement aux côtés d’Abou Dhabi. Un site de liquéfaction de gaz au Yémen dont l’entreprise française Total est actionnaire principal à hauteur de 40% était utilisé par les Émirats comme base militaire et prison où des combattants houtis étaient torturés. C’est ce qu’affirmaient en décembre 51 députés français dans une lettre ouverte à Jean-Yves Le Drian.
«Dans cette affaire, il y a 216 millions d’euros d’argent public qui ont été mobilisés pour accompagner le projet» de Total, expliquait alors à Sputnik François-Michel Lambert, coprésident du parti Liberté Écologie Fraternité (LEF) et signataire de la lettre ouverte au Quai d’Orsay.
Face à cela, Paris préfère fermer les yeux et adopter une politique pragmatique avec un dirigeant dont «le bilan sur les droits humains n’est pas trop gênant», tempère Gérard Vespierre. Au moins par rapport à ses homologues régionaux.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала