Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«L’image de la région est touchée»: le Racing Club de Lens condamne les incidents lors du derby du Nord

© Photo Pixabay/ThorstenFUn terrain de football
Un terrain de football  - Sputnik France, 1920, 19.09.2021
S'abonner
Suite aux incidents survenus lors du derby du Nord entre Lens et Lille hier, le club Sang et Or les a condamnés et cela ne devrait pas rester sans conséquence au vu des premières réactions.
Après les incidents lors du derby Lens – Lille hier, qui a vu les Lensois s’imposer 1-0 sur le voisin et rival lillois pour la première fois depuis 15 ans, les réactions ne se sont pas faites attendre. Le Racing Club de Lens, par l’intermédiaire de son directeur général Arnaud Pouille, a indiqué en conférence de presse que «ce genre de rencontre devait être une fête pour la région. Je pense que l’image de la région est touchée après ces incidents». Ce dernier salue la réaction des autorités préfectorales et des délégués de la ligue qui ont permis une reprise du match.
Si le club assure avoir déposé plainte, tout comme son adversaire lillois, le sous-préfet de Lens Jean François Raffy a donné à l’AFP des éléments supplémentaires.
«Il n'y a pas de blessé grave, il y a eu six évacuations sur l’hôpital mais pour des blessures légères (côté lensois car ils sont passés au-dessus des grilles). Il y a eu un Lillois interpellé qui avait lancé un siège et un supporter lensois également interpellé pour avoir lancé un siège sur un CRS et qui sera jugé en comparution immédiate.»
La ministre des Sports Roxana Maracineanu a commenté ces incidents sur Twitter et a appelé à une prise de conscience de tous les acteurs au moment où son ministère «se démène» pour la cause des supporters en autorisant l’usage encadré des fumigènes, le retour des supporters et la mise en place de secteurs debout.

Deux versions qui s’opposent sur l’origine de ces incidents

Du côté lillois, on assure que les hostilités ont été déclenchées par le déploiement d’une banderole géante, appelée «tifo» dans le jargon des supporters, sur laquelle on pouvait voir la mention «Lillois Merda».
Les supporters lillois font le parallèle avec le match Lille – Lens du 18 octobre 2020 où leur banderole «We love Lille, we hate Lens» avait été retirée à la mi-temps du match. Ils ne comprennent pas pourquoi cette banderole géante lensoise a été autorisée hier.
L’entraîneur de Lille, Christophe Galtier, avait alors assuré ne pas être à l’origine du retrait de ces banderoles et déclaré que «dans le contexte actuel, on n’a pas le droit de se haïr entre nous».
De son côté, Arnaud Pouille a assuré en conférence de presse ne pas avoir été «complètement au courant de [cette] banderole».
Du côté lensois, c’est une autre version qui est donnée. Ce qui a mis le feu aux poudres selon eux, c’est les jets de sièges et de projectiles sur le secteur proche qui est réservé aux familles, ce qui a scandalisé les supporters qui sont allés en découdre pour défendre leurs collègues, une version qui d’ailleurs est corroborée par le sous-préfet de Lens Jean-François Raffy. Ces jets de projectiles sur le secteur réservé aux familles ont été constatés par Basile Brigandet, un youtubeur connu sous le nom de Stadito, qui parcourt toute l’Europe pour voir des matchs de football. Ce dernier était présent dans ladite tribune et a pu en témoigner à travers cette vidéo.

Une rivalité ancienne sur fond de lutte des classes

Si ces incidents défrayent la chronique quatre semaines après les incidents survenus à Nice lors de la rencontre entre Nice et Marseille, il faut savoir que la rivalité entre Lens et Lille est ancienne. Il faut remonter aux années 1930 pour voir cette rivalité naître. Durant ces années, la rivalité était forte entre les clubs nordistes qui étaient au nombre de six en première division en 1937-1938. Il faut dire que les Lillois sont considérés comme bourgeois alors que les Lensois sont considérés comme ouvriers du fait de leur passé minier. C’est ce qu’indiquait cette semaine à la Voix du Nord Jean Baptiste Allouard, auteur du livre «Histoire des derbys Lens-Lille».
C’est après la guerre que cette rivalité va prendre un tournant. Le 17 février 1946, à Lille se tient le derby devant 18.000 spectateurs quand une catastrophe survient. Le toit d’une tribune du stade s’effondre sous la pression des spectateurs assis sur ce toit. Le bilan est de 53 blessés. Le match est arrêté 20 minutes et les Lensois ont estimé que les conditions ne sont pas réunies pour reprendre le match. Le match reprend malgré la réserve déposée par les Lensois. Lille s’impose 3-1 contre son rival direct pour le titre de champion de France et les Lillois finissent à la fin de la saison champions de France.
C’est alors qu’une rivalité est née. Elle connaît son paroxysme en 1948 à l’occasion de la finale de la Coupe de France disputée à Colombes où les Lillois s’imposent contre leurs rivaux descendus depuis en deuxième division. Les matchs y sont depuis très disputés et les Lensois même lors de la période faste des années 1990 n’ont pas réussi à s’imposer face au rival lillois qui pourtant amorçait son déclin. Paradoxalement, c’est à cette même époque qu’une fusion était évoquée en 1993 entre les deux clubs afin de faire face à un déficit important qui les concernait. Cette fusion ne se fera finalement jamais et Lens ira décrocher le titre de champion de France en 1998.
Dans les années 2000, Lille joue la Coupe d’Europe quand son voisin lensois amorce lentement son déclin. Faute de stade aux normes, Lille se voit contrainte de jouer ses matchs de Coupe d’Europe … à Lens, ce qui a déclenché la colère des supporters lensois naturellement opposés à voir jouer le rival à domicile. En 2008, la rivalité va voir les deux équipes s’affronter dans un match capital. L’enjeu pour les Lillois est une participation en Coupe d’Europe alors que pour les Lensois, il faut sauver sa place en ligue 1. Les Lillois s’imposent 2-1 et condamnent les Lensois à la ligue 2 alors que les Lillois ratent la Coupe d’Europe à la dernière journée suite à un match nul à Lorient. Les années 2010 ont vu un faible nombre de derbys se jouer en raison de l’absence des Lensois en ligue 1 et le match joué hier était un match attendu par les supporters des deux équipes depuis le retour des supporters en tribune, ce qui n’était pas permis la saison dernière en raison de la crise sanitaire.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала