Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Tartuffe", "cynisme": Macron se prend un retour de bâton après un tweet sur l’écologie

© AFP 2021 LUDOVIC MARINEmmanuel Macron
Emmanuel Macron - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
S'abonner
Après avoir fustigé le réchauffement climatique, Emmanuel Macron a vu les défenseurs de l’environnement lui reprocher l’inaction du gouvernement en la matière.
Alors que la primaire EELV bat son plein et devrait livrer son verdict fin septembre, Emmanuel Macron a tenté une incursion sur le terrain écologique, sans grand succès. Sur Twitter, le chef de l’État a publié une série de messages pour rappeler l’urgence climatique, après un été agité sur le front de l’environnement.
Soulignant que l’écologie était le "combat du siècle", le Président s’est inquiété du réchauffement climatique, qui pourrait faire gagner 2,7°C à la planète d’ici 2100.
Pour éviter ce "scénario dramatique", Emmanuel Macron a appelé à respecter l’accord de Paris, qui entend restreindre la montée des températures sous les 1,5°C. Le chef de l’État a aussi souligné la nécessité de sortir "du charbon et des énergies fossiles".
Des propos qui se sont finalement retournés contre lui. Plusieurs défenseurs de l’environnement sont en effet montés au créneau pour critiquer l’inaction du gouvernement en matière d’écologie.
Le porte-parole de Greenpeace, Clément Sénéchal a ainsi rappelé au Président que la France était un mauvais élève en Europe pour les émissions de CO2.
L’association Les Amis de la Terre a pour sa part fustigé "l’insincérité et le cynisme" assumés de Macron, arguant que son quinquennat avait même nui à la cause écologique.
Même son de cloche du côté du secrétaire national d’EELV, Julien Bayou, qui est allé jusqu’à qualifier le chef d’État de "tartuffe".
Paroles, paroles?
Ce n’est pas la première fois que la sincérité des engagements de Macron en matière d’écologie est remise en cause.
De semblables critiques avaient déjà plu sur le chef de l’État en décembre dernier, lorsqu’il avait annoncé un référendum pour inscrire la "lutte contre le dérèglement climatique" dans la Constitution. Certains avaient alors reproché au Président de privilégier les symboles à l’action. Jean-Luc Mélenchon avait ainsi critiqué une "grossière manœuvre de communication", visant à "redorer le blason" de l’exécutif avant la présidentielle.
Au micro de Sputnik, le député écologiste François-Michel Lambert (LEF) avait pour sa part ironisé sur un "pur artifice", qualifiant Emmanuel Macron de "grand prestidigitateur".
En février dernier, la justice avait déjà mis à mal la ligne gouvernementale, en condamnant l’État français pour "carences fautives" dans la lutte contre le réchauffement climatique.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала