Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Opposée à la vaccination, la seule médecin de l’île aux Moines finit par céder

© Photo Pixabay / fernandozhiminaicelaUn médecin avec un stéthoscope (image d'illustration)
Un médecin avec un stéthoscope (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
S'abonner
Réfractaire à la vaccination, la seule médecin de l’île aux Moines s’y est résignée pour reprendre son métier dès le 23 septembre. Cette décision, saluée par le maire de la commune, intervient sur fond du risque d’un manque de généralistes qui pèse sur certaines petites communes où ils sont suspendus en raison de leur refus de se faire vacciner.
Christine Hochard, seule médecin de l’île aux Moines, suspendue depuis le 15 septembre à la suite du refus de se faire immuniser contre le Covid-19, est finalement revenue le 21 septembre sur sa décision, rapporte France Bleu.

"Le docteur Christine Hochard accepte finalement de se faire vacciner", indique au média le maire de la commune, Philippe Le Bérigot, qui dit avoir été joint par téléphone par l’intéressée qui lui a fait part de son intention de recevoir une primo-injection ce mercredi 22 septembre.

Selon l’édile, qui avoue ne pas connaître les raisons de ce changement d’avis, elle pourra ainsi "reprendre ses activités normales dès ce jeudi 23 septembre".

"Ce qui m'importe, c'est que la population de l'Île-aux-Moines puisse avoir en permanence un médecin 24h/24. Nous sommes une île, c'est une sécurité pour la population que de savoir que le cabinet sera ouvert et ça me va très bien!", conclut auprès de France Bleu Philippe Le Bérigot.

"C’est mon corps qui dit non"

Christine Hochard avait dû fermer son cabinet en vertu de la loi du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire qui interdit aux personnels des établissements et services sanitaires et médico‑sociaux d’exercer leur métier à partir du 15 septembre en l’absence d’une preuve d’administration d’une dose dans le cadre d’un schéma vaccinal complet (deux injections), accompagné du résultat négatif d’un test virologique.

"C’est le cœur gros avec beaucoup d’émotion et de douleur que je suis obligée de fermer. Je ne peux pas me faire vacciner. Je ne suis pas anti-vaccin, je n’interdis à personne de se faire vacciner. Sauf que voilà, moi je ne peux pas. C’est mon corps qui dit non", informait Christine Hochard sur le répondeur de son cabinet.

La généraliste a assuré sur France 3 ne pas avoir dissuadé les habitants de l’île de se faire vacciner, dont le taux s’élève à 98%. Cependant, elle a livré ses préoccupations concernant la vaccination des enfants: "Mon combat, c’est surtout pour protéger les enfants. Les effets de ces produits à long terme, on ne les connaît pas", poursuivait-elle auprès de la chaîne de télévision.

Certaines communes privées de médecins

La suspension de nombreux professionnels de santé suite à leur refus de se faire vacciner est également observée dans de petites communes de l’Oise et dans la région du Centre-Val de Loire où diverses populations risquent de se retrouver face à un manque de généralistes.
Les conséquences de cette suspension se font déjà ressentir dans le groupe hospitalier de la région de Mulhouse Sud-Alsace qui indiquait le 21 septembre connaître "une situation critique" en raison notamment de la suspension d’environ 170 salariés non vaccinés.
Dans une interview accordée le 20 septembre à Radio Classique, Jean-Paul Hamon, président d’honneur de la Fédération des médecins de France, appelait l’Ordre des médecins et le gouvernement à "faire preuve d’un peu de souplesse et de compréhension en s’adaptant à la situation".

"On voit bien que les patients vont se retrouver sans médecin. Si le médecin et les patients sont masqués lors des consultations, il y a assez peu de risque de contamination."

Cependant, le nombre de professionnels de santé non vaccinés reste très faible en France. Selon Santé publique France, 95,2% des personnels soignants libéraux et 90% en Ehpad ou hôpitaux avaient reçu au moins une dose au 15 septembre.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала