Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Sous-marin Shortfin Barracuda (AFP PHOTO / DCNS) - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
L'Australie rompt le méga-contrat de sous-marins avec la France
Une nouvelle alliance entre les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni a torpillé un contrat de sous-marins français à Canberra, provoquant l'ire de Paris.

Crise des sous-marins: le fleuron français Naval Group prépare une facture salée pour l’Australie

© AFP 2021 CHARLY TRIBALLEAUNaval Group
Naval Group - Sputnik France, 1920, 23.09.2021
S'abonner
L'industriel français s’apprête à communiquer à l’Australie les indemnités à régler suite au contrat rompu sur les sous-marins. Alors qu’Emmanuel Macron et Joe Biden ont repris contact, les relations franco-australiennes restent tendues.
Dans les prochaines semaines, Naval Group enverra à l’Australie la somme détaillée des indemnités pour le contrat rompu, a fait savoir le 22 septembre le PDG du groupe français, Éric Pommellet, dans une interview au Figaro.
Le contrat prévoyait la construction et la livraison par la France de 12 sous-marins à propulsion diesel à l’Australie pour le montant de 31 milliards d’euros. Seules les premières phases ont été réalisées.

"L'Australie a résilié le contrat pour "convenance", selon le terme juridique, ce qui veut dire d'ailleurs que nous ne sommes pas en faute", souligne Éric Pommellet.

La brutalité de la rupture

Tout comme de nombreux politiques, le PDG de Naval Group a dénoncé l’absence de communication de la part de l’Australie et la brutalité de l’annonce:

"Nous n'avons eu aucun signe avant-coureur ni la moindre information que nous devenions un plan B au bénéfice d'un plan A associant les États-Unis et le Royaume-Uni. Les discussions entre ces deux pays et l'Australie ont sans doute été menées au sein d'un tout petit cercle au plus haut niveau politique depuis plusieurs mois".

Il ajoute que le matin même du 15 septembre, la date de l’annonce de la rupture, Canberra a donné son feu vert pour une nouvelle phase du programme.
L’appel d’offres initial a été lancé en 2015. Le premier sous-marin devait entrer en production à partir de 2023. Mais l’Australie a fait volte-face, rompant le contrat avec Naval Group pour se tourner vers les États-Unis pour la construction de sous-marins à propulsion nucléaire.
D’après le PDG de Naval Group, la décision n’a pas été dictée par la logique commerciale, elle est "absolument politique et stratégique", d’autant plus que Canberra n’avait pas sollicité Naval Group pour des sous-marins nucléaires de classe Barracuda, dernière génération de ce type.

L’entretien téléphonique Biden-Macron

Une semaine après la "crise des sous-marins", Emmanuel Macron et Joe Biden se sont finalement entretenus par téléphone le 22 septembre. Le Président français a décidé que l’ambassadeur de France, rappelé à Paris pour consultations, retournerait à Washington, a indiqué l’Élysée.
De son côté, le Président américain "a reconnu qu’il aurait pu y avoir plus de discussions avant l’annonce", a déclaré sa porte-parole Jen Psaki suite à l’entretien téléphonique entre les deux chefs d’État:

"Pour lui c’était un message important à transmettre au cours de cette conversation."

La faute aux Australiens?

L’administration Biden aurait décidé qu'il appartenait à l'Australie de choisir la manière de communiquer avec Paris concernant la rupture du contrat, rapportait la semaine dernière le New York Times, citant un responsable américain qui a requis l'anonymat.
Pour le moment, les relations franco-australiennes restent tendues. Ce jeudi 23 septembre, Scott Morrison, le Premier ministre australien, a expliqué qu'il avait tenté de joindre Emmanuel Macron, pour l’heure sans succès.

"Nous comprenons leur déception", a-t-il noté.

Kevin Rudd, ancien Premier ministre australien, a lui critiqué le comportement du gouvernement actuel. "L’Australie a commis l’erreur de ne pas laisser à la France la possibilité de lui soumettre une autre offre (en partie ou en totalité nouvelle) pour ces appareils nucléaires, alors que l’Hexagone a une longue expérience dans leur fabrication", écrit-il dans les colonnes du Monde le 21 septembre.

"Outre ces manquements fondamentaux, Scott Morrison [le Premier ministre actuel] n’a pas non plus respecté le protocole diplomatique de base: il n’a pas officiellement notifié le gouvernement français de sa décision unilatérale avant d’annoncer publiquement l’annulation du contrat", regrette l’ancien Premier ministre australien.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала