Sept personnes arrêtées après le piratage de milliers de pass sanitaires

© AFP 2022 SAMEER AL-DOUMYUn pass sanitaire (photo d'archives)
Un pass sanitaire (photo d'archives) - Sputnik Afrique, 1920, 29.09.2021
Alors que le pass sanitaire est obligatoire pour visiter les lieux de loisirs et culturels, ou encore les bars et restaurants, ceux ne voulant pas se faire vacciner ont recours à des faux. Sept "clients" d’un réseau de hackers, en ayant édité près de 3.000 après avoir piraté une pharmacie dans le Maine-et-Loire, ont été placés en garde à vue.
Depuis l’instauration du pass sanitaire, les fournisseurs de faux certificats de vaccination et de QR codes continuent d’avoir recours à divers moyens, pas toujours réussis, pour aider les intéressés à contourner la loi.
Accusée de faire partie d’un réseau de hackers ayant créé 2.700 faux pass sanitaires en piratant une pharmacie à Angers, une femme originaire de Tours (Indre-et-Loire) a été placée en garde à vue le 23 septembre, a rapporté France 3 le 28 septembre; qui précise que six autres "clients" suspectés du réseau ont aussi été placés en garde à vue.
Les faits commencent au début du mois de septembre, quand le directeur d’une pharmacie à Angers (Maine-et-Loire) a porté plainte au commissariat de la ville, expliquant que son officine "semble avoir été piratée" entre le 20 et 30 août, relate Ouest-France. Près de 3.000 pass sanitaires auraient ainsi été édités frauduleusement à partir de son compte "alors que nous tournons à dix vaccinations par jour", explique le pharmacien au quotidien.
"Il ne s’agit pas d’une extrémiste", insiste auprès de France 3 Marc Morin, l’avocat de la femme suspectée, soulignant qu’elle est "une mère de famille qui ne souhaite pas être vaccinée, mais dont le pass sanitaire est exigé dans son métier et qui voulait continuer à pouvoir nourrir ses enfants".
Dans la loi française, produire ou utiliser un faux document expose jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende, quand les hackers encourent, eux, cinq ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende.
Pour lutter contre la fraude aux attestations de vaccination, l’Assurance maladie a indiqué le 23 septembre qu’elle collaborait avec les services de police et de justice.

Environ 36.000 faux pass édités

Quelque 36.000 pass sanitaires frauduleux circulent actuellement sur le territoire national, rapportait le 23 septembre Franceinfo, se référant à un bilan de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam).
Un peu plus tôt, une jeune employée du plus grand centre de vaccination de Bordeaux a été condamnée à 18 mois de prison avec sursis pour avoir édité une vingtaine de faux pass sanitaire au bénéfice de proches à qui elle voulait rendre service.

Une "faille déontologique"

Alors que l'édition et l’utilisation frauduleuse de QR codes perdure, le pass sanitaire d’Emmanuel Macron a fuité sur Internet. Le QR code, avec les nom, prénom et date de naissance du Président de la République, sa date de vaccination et le nom du vaccin administré, a circulé sur les réseaux sociaux. Selon l'Élysée, une "faille déontologique" est en cause.
Cette fuite est intervenue après que le QR code du pass sanitaire de Jean Castex a connu le même destin.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала