Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Russie

Poutine critique "le racisme inversé" de l’Occident

© Sputnik . Stringer / Aller dans la banque de photosUn graffiti "Black lives matter" devant la Trump Tower à New York
Un graffiti Black lives matter devant la Trump Tower à New York - Sputnik France, 1920, 21.10.2021
S'abonner
La "cancel culture" fait de la lutte contre le racisme une sorte de racisme à l’envers, estime Vladimir Poutine. Dans le même temps, les discussions sur l’égalité des sexes en Occident sombrent parfois dans la "fantasmagorie absolue".
La lutte contre le racisme dans le monde d’aujourd’hui se mue en discrimination à l’envers, a regretté Vladimir Poutine, intervenant dans le cadre du forum international de discussions Valdaï.
"Combattre les manifestations de racisme est une cause noble et nécessaire, mais la nouvelle culture de l’annulation [traduction littérale de l’anglais "cancel culture", ndlr] la transforme en discrimination à l’envers, c’est-à-dire en racisme inversé", a lancé le chef du Kremlin.
Selon lui, l’obsession des questions raciales ne fait que "désunir davantage les gens". Il a ainsi rappelé les paroles de Martin Luther King qui "rêvait qu’un jour ses quatre enfants vivr[aient] dans une nation où ils ne ser[aient] pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour leur caractère". "Voilà une vraie valeur", a fait valoir le Président russe.

"Chacun de nous est un être humain"

Il a en outre affirmé que les discussions relatives à l’égalité entre les hommes et les femmes approchent dans certains pays européens "le niveau de fantasmagorie absolue". Il a de plus qualifié de "crime contre l’humanité" l’idée selon laquelle les enfants avaient le droit de choisir eux-mêmes leur genre.
Selon lui, les tentatives de persuader les mineurs qu’"un garçon peut sans problème devenir une fille et vice-versa" sont "monstrueuses".
Dans ce contexte, M.Poutine a souligné que la majorité des Russes étaient selon lui "indifférents" à l’égard du sexe et de la couleur de peau d’autrui. "Chacun d’entre nous est un être humain, et c’est ça qui importe", a-t-il conclu.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала