Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Paris lance un satellite militaire dernière génération – vidéo

© AFP 2021la fusée Ariane-5
la fusée Ariane-5 - Sputnik France, 1920, 24.10.2021
S'abonner
La France a placé le 24 octobre en orbite un satellite de communication militaire présenté comme un bijou de technologie et un pilier de sa souveraineté, témoin parmi d'autres que les tensions géopolitiques s'exportent désormais jusque dans l'espace.
Ce 24 octobre à 3h01 (heure de Paris), la fusée Ariane 5 a décollé de Kourou, en Guyane, en emportant le satellite 4A du programme Syracuse, qui permettra aux armées françaises déployées aux quatre coins du globe de communiquer à haut débit et en toute sécurité depuis des relais au sol, aériens, marins et sous-marin. La mission s'est achevée avec succès 38 minutes et 41 secondes après le tir.
"Syracuse 4A est conçu pour résister aux agressions militaires depuis le sol et dans l'espace ainsi qu'au brouillage", a expliqué à l'AFP le colonel Stéphane Spet, porte-parole de l'armée de l'Air et de l'Espace. Il est équipé de moyens de surveillance de ses abords proches et d'une capacité de déplacement pour échapper à une agression.
Un risque réel: en juillet 2020, le commandement spatial américain avait accusé Moscou d'avoir "conduit un test non-destructeur d'une arme anti-satellite depuis l'espace". Et en 2017, le "satellite-espion" russe Louch-Olympe avait déjà tenté de s'approcher du satellite militaire franco-italien Athena-Fidus.
Ultime performance, S4 est protégé contre les impulsions électro-magnétiques qui résulteraient d'une explosion nucléaire, explique à l'AFP Marc Finaud, expert en prolifération des armes au Centre Politique de Sécurité de Genève (GCSP). "C'est le scénario de l'ultime avertissement, en cas d'échec de la dissuasion".
Le programme Syracuse représente un investissement total de quelque 4 milliards d'euros. La quatrième génération multipliera par trois le débit de communications de S3. La Direction générale de l'armement (DGA) s'est engagée avec Thalès à hauteur de 354 millions d'euros et avec Airbus pour 117 millions pour le seul Syracuse 4.
"Il y a une loi presque mathématique d'augmentation régulière des volumes de data", souligne le colonel Spet, citant les besoins générés par les systèmes de commandement, la représentation des situations tactiques du terrain, la vidéo (venant par exemple des drones Reaper déployés au Sahel).
Ou encore le traitement en temps réel de la data venue de plusieurs endroits de la planète. À terme, la France disposera de 400 stations capables de communiquer avec S4 depuis le sol, un aéronef, un navire ou un sous-marin, selon la DGA.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала