Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Europe

Une vaste opération anti-drogue réalisée dans la région de Bruxelles, plus de 120 perquisitions

© Photo Pixabay / Ben_KerckxUne voiture de la police belge
Une voiture de la police belge - Sputnik France, 1920, 26.10.2021
S'abonner
Après une opération anti-drogue dans la région de Liège, la police belge se concentre sur la capitale et ses alentours pour un nouveau déploiement majeur afin de réaliser de 120 à 130 perquisitions de manière simultanée chez des narcotrafiquants présumés, relate la RTBF.
Ce mardi 26 octobre, vers cinq heures du matin, quelque 1.000 policiers belges ont frappé aux portes de plusieurs dizaines de suspects dans le cadre d’une vaste opération anti-drogue. Entre 120 et 130 perquisitions ont été lancées simultanément dans la région bruxelloise, le tout coordonné par un poste de commandement de la capitale, rapporte la RTBF.
Cette intervention fait suite à de longues investigations menées depuis l’été 2020, lorsque les polices françaises et néerlandaises sont parvenues à décrypter des canaux de communication de réseaux de narcotrafiquants. Le média belge affirme que les enquêteurs ont pu se baser sur nombre de ces informations pour avancer dans leurs dossiers, permettant l’opération bruxelloise de ce jour.
Les cibles feraient entre autres partie des mafias italienne Ndrangheta et albanaise, participant au trafic international de cocaïne. Leur plateforme logistique serait basée à Bruxelles, gérant les flux de stupéfiants depuis l’Amérique du Sud jusqu’aux ports d’Anvers, d’Hambourg et du Havre.
Aucune information quant à des interpellations n’est encore parvenue à cette heure, le dispositif ayant été déployé dans une totale discrétion. La RTBF prévient que certains suspects sont potentiellement lourdement armés, justifiant la mobilisation de services entiers au maximum de leur capacité.

Trafic démantelé

Ce lundi, 13 perquisitions ont eu lieu autour d’Anvers, visant deux "familles de la drogue" impliquées dans l’importation de cocaïne. 10 personnes ont été arrêtées, dont six travaillaient pour une autorité portuaire, indique l’agence Belga. Des véhicules et articles de luxe ont été saisis.
Lundi 18 octobre, une première vaste opération avait été menée dans la région de Liège, là aussi en lien avec le trafic de drogue, permettant d’interpeller 27 personnes au cours de 23 perquisitions. 300 policiers avaient été mobilisés, lesquels ont saisi 600 kilos de cocaïne, 1,6 tonne de drogue "en vrac" et de nombreux biens appartenant aux narcotrafiquants: armes, accessoires de luxe, voitures, téléphones et même chevaux. La valeur totale est estimée à 80 millions d’euros.

Plaques tournantes

L’organisation visée utilisait le réseau de communications cryptées Sky ECC, exploité par la police belge. Elle organisait le trafic depuis la Colombie, le Brésil et l’Équateur à destination de la Belgique et des Pays-Bas. D’après un rapport Europol de septembre, ces deux pays ont remplacé l’Espagne pour devenir les principales plaques tournantes du trafic de cocaïne sur le vieux continent.
En 2020, les saisies de cocaïne à Anvers se sont élevées à 65,6 tonnes, un record. En février 2021, une saisie de 23 tonnes a été effectuée au terme d’une opération conjointe de l’Allemagne et la Belgique. Pour la première moitié de 2021, 50 tonnes ont déjà été interceptées à destination des Pays-Bas, selon les chiffres des autorités néerlandaises. La cocaïne est la deuxième drogue la plus achetée en Europe (derrière le cannabis), avec environ 4,4 millions de consommateurs en 2020, d’après Europol.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала