Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Assemblée générale des Nations unies (New York) - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
International

Moscou explique à quoi sert la "formation multinationale en mer Noire" créée par l’Otan et les USA

© Sputnik . Maxime Blinov / Aller dans la banque de photosВиды Москвы
Виды Москвы - Sputnik France, 1920, 11.11.2021
S'abonner
Le ministère russe des Affaires étrangères a expliqué quel était l’objectif des États-Unis et de l’Otan qui forment un groupement multinational de forces armées en mer Noire. Le Pentagone déclare pour sa part qu’il continuera ses exercices "comme il l’entend" dans la zone internationale de la mer Noire.
Les États-Unis et l'Otan créent une formation multinationale en mer Noire, ce qui fait monter la tension près des frontières russes, a déclaré ce mercredi 10 novembre Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, commentant la présence de deux navires militaires américains dans la zone.

"Ces démarches des États-Unis conduisent à la création d'un regroupement multinational de forces armées et déstabilisent la situation dans la région de la mer Noire, à proximité immédiate des frontières russes."

Maria Zakharova
porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères
Pour rappel, le 30 octobre, le destroyer lance-missiles USS Porter (DDG-78) est arrivé dans les eaux de la mer Noire, puis l'arrivée du navire de commandement USS Mount Whitney a été signalée le 4 novembre. La flotte russe de la mer Noire surveille les mouvements de ces bâtiments.
"Les navires russes en mission dans la partie sud-est de la mer Noire depuis le 30 octobre, le croiseur lance-missiles Moskva et la frégate Amiral Essen, surveillent les actions des forces navales américaines en mer Noire qui mènent des exercices internationaux non prévus par le calendrier", a précisé le ministère russe de la Défense ce 10 novembre.
Le ministre russe des Affaires étrangères avait auparavant qualifié cet envoi de navires lors du G20 de Rome de démarche qui, pour lui, "ne contribue pas à la stabilité de la situation".
"Nous sommes prêts à faire face à toute menace. Nous n'avons aucun problème pour assurer de manière fiable la sécurité du territoire russe et de la mer Noire, mais nous sommes toujours favorables à la promotion de projets de coopération plutôt que de projets fondés sur la confrontation."
ministère russe des Affaires étrangères

Le Pentagone rétorque mener les opérations "comme il l’entend"

Les États-Unis sont dans la zone internationale de la mer Noire et le Pentagone continuera d’agir "comme il l'entend", malgré la réaction russe, a martelé ce 10 novembre le porte-parole du Pentagone devant les journalistes.
"Nous menons des opérations avec les alliés de l’Otan et bien sûr de manière unilatérale, vous l'avez vu. Nous continuerons à voler, à naviguer et à opérer dans l'espace aérien et maritime international comme on l’entend", a lancé John Kirby.

Déployer des navires "tout doucement"

L'objectif de la propagande américaine, qui dénonce un prétendu renforcement des troupes russes près de la frontière avec l’Ukraine, est de permettre à Washington de déployer "tout doucement" ses navires en mer Noire, a estimé Konstantin Gavrilov, chef de la délégation russe aux négociations sur la sécurité militaire et le contrôle des armements à Vienne.
Il est évident pour Moscou qu’il s’agit d’un exercice militaire non programmé des forces américaines, qui créent un regroupement armé multinational près des frontières russes, a ajouté le diplomate.
"Considérant qu’en plus de la Marine américaine, l’exercice est prévu pour impliquer l’aviation tactique, de patrouille et stratégique, ainsi que des contingents des forces armées de Bulgarie, de Géorgie, de Roumanie, de Turquie et d’Ukraine, il y a un examen de l'éventuel théâtre des opérations militaires au cas où Kiev préparerait une solution musclée", a-t-il résumé.

Des tensions en mer Noire

Alors que la Marine américaine a envoyé deux bâtiments en mer Noire, la Russie a lancé des manœuvres dans la zone. Des navires de la flotte russe de la mer Noire y ont interagi avec des hélicoptères de combat anti-sous-marins.
Ce 10 novembre, les deux navires américains, appartenant à la 6e flotte des États-Unis, ont quitté le port géorgien de Batoumi, selon un message de la 6e flotte des États-Unis sur Twitter.
"Merci à Batoumi pour sa chaleureuse hospitalité et la merveilleuse visite portuaire! Il est maintenant temps pour l'USS Mount Whitney (LCC 20) et l'USS Porter (DDG 78) de poursuivre leurs opérations de routine avec les alliés et les partenaires de l'Otan dans la mer Noire."
Des vols de bombardiers stratégiques américains à 100 kilomètres de la frontière russe le 6 novembre ont été également signalés. Qui plus est, la Défense russe a remarqué une activité augmentée par rapport à d’habitude des avions-espions de l’Otan dans la région de la mer Noire.

Au cours des dernières 24 heures, les avions de reconnaissance de l'Otan ont considérablement augmenté l'intensité de leurs vols près des frontières russes dans la région de la mer Noire", a indiqué le ministère russe de la Défense.

D’autres rapprochements de navires étrangers à la frontière russe

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que des tensions près des frontières russes sont provoquées par l’arrivée de navires étrangers qui s’en rapprochent à une proximité dangereuse.
En juin, les militaires russes avaient procédé à des tirs de semonce en direction du destroyer britannique HMS Defender, qui, selon le ministère russe de la Défense, avait violé la frontière russe en mer Noire le 23 juin, au sud de la Crimée. Le Kremlin avait alors promis une réaction "dure" en cas de répétition.
Un destroyer US Porter - Sputnik France, 1920, 30.10.2021
International
Un destroyer lance-missiles américain entre en mer Noire
Le 15 octobre, le ministère russe de la Défense a fait savoir que le destroyer américain USS Chafee (DDG-90) avait presque pénétré dans les eaux territoriales russes en mer du Japon. Il avait bravé l’avertissement émis par le grand bâtiment russe Amiral Tribouts, et n’avait changé de cap que lorsque la distance entre les deux navires n'était plus que de 60 mètres.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала