Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Assemblée générale des Nations unies (New York) - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
International

Dans l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth, Moscou grille la politesse aux Occidentaux

© Sputnik . Valeriy Melnikov / Aller dans la banque de photosBeyrouth
Beyrouth - Sputnik France, 1920, 23.11.2021
S'abonner
Moscou a fourni les images satellites de l’explosion du port de Beyrouth, permettant donc la reprise de l’enquête sur les causes de la tragique déflagration. Une manière de se positionner pour la reconstruction des infrastructures portuaires.
Le Liban ne pouvait pas rêver mieux en ce jour de fête. Le 22 novembre, à l’occasion du 78e anniversaire de l’indépendance du pays, la Russie a transmis au pays du Cèdre des images satellites de l’explosion du port de Beyrouth. Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a remis les clichés à son homologue libanais, Abdallah Abou Habib, à la demande du Président Michel Aoun lui-même. " Peut-être que ces photos fourniront des informations supplémentaires qui peuvent bénéficier à l’enquête judiciaire sur le crime ", avait déclaré, en octobre dernier, le chef de l’État libanais. En effet, depuis le tragique évènement du 4 août 2020 qui a ravagé la capitale libanaise et causé plus de 215 morts, les dirigeants du pays du Cèdre espéraient obtenir des clichés des installations portuaires pour élucider la cause de la déflagration.
Mais les images auraient dû être fournies par Paris ou Rome. Hassan Diab, alors Premier ministre, avait émis cette requête auprès des deux capitales en septembre 2020, sans succès. Chou blanc aussi du côté des États-Unis, qui n’ont pas été d’une grande aide. Le Liban est pourtant l’une de leurs priorités régionales, comme en témoigne leur ambassade qui s’étend sur plus de 17hectares dans la banlieue de Beyrouth.

L’enquête va-t-elle redécoller?

" Nous avons remis au ministre Bou Habib des images satellite pour aider l’enquête sur les causes de l’explosion " au port de Beyrouth, a déclaré le chef de la diplomatie russe. Les images fournies datent du printemps 2020 et après la déflagration. " Les chercheurs de Roscosmos disent que les experts devraient pouvoir comprendre, à partir de la nature des destructions, ce dont il s’agit, ce qui pourrait être lié " à ce drame, a-t-il poursuivi.
Des partisans du mouvement chiite libanais Hezbollah  - Sputnik France, 1920, 19.10.2021
International
Si vis pacem, para bellum: le Hezbollah dévoile son arsenal, une posture de dissuasion?
L’enquête sur l’explosion du port avait tout de même bien commencé. Mais, un à un, les juges chargés de cette affaire ont été dessaisis face à la pression de la rue, aux menaces des politiciens et à leur refus de se plier aux injonctions de la Justice. En octobre dernier, alors que le juge Tarek Bitar voulait auditionner plusieurs ministres et députés proches du Hezbollah, le parti chiite et ses alliés avaient organisé une manifestation massive dans les rues de Beyrouth. S’en étaient suivi des scènes de guérilla urbaine, avec des accrochages armés entre différentes milices. Les affrontements du 14 octobre ont causé sept morts et une trentaine de blessés. Depuis, l’enquête est au point mort.
En l’attente de l’analyse des clichés, plusieurs versions s’opposent encore dans l’opinion publique. Les uns accusent les élites de complicité et d’inconscience pour avoir stocké délibérément plus de 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth, privilégiant donc la cause de l’accident industriel. Les autres s’en prennent ouvertement au Hezbollah qui contrôle les installations portuaires de la ville. Et certains y voient la main de Tel-Aviv en raison des vrombissements d’un avion quelques secondes avant la double explosion. D’ailleurs, le Président libanais lui-même n’écartait pas l’hypothèse d’une attaque étrangère. Au lendemain de l’explosion, Michel Aoun avait évoqué la piste d’une " intervention extérieure " et ainsi d’un éventuel missile ou d’une bombe.

Du Nord au Sud, La Russie est partout au Liban

Compte tenu de la politisation de cette enquête ultra-sensible, il reste cependant incertain que ces images satellites suffisent à tirer l’affaire au clair. Reste que la Russie sort déjà grande gagnante de cette séquence. En ayant transmis des photographies vues du ciel avant les traditionnels alliés du pays du Cèdre, Moscou se positionne favorablement pour la reconstruction du port. En effet, lors de leur entretien, les ministres russe et libanais des Affaires étrangères ont évoqué la possibilité de voir " des compagnies russes participer à la restauration des infrastructures endommagées suite aux explosions ". Mais la concurrence est rude. Les grandes compagnies internationales se bousculent pour remporter l’appel d’offres. Les Allemands avec la compagnie Hamburg Port Consulting ont dévoilé un plan de 30 milliards d’euros, les Français avec CMA-CGM ont également proposé de moderniser le port. Les Turcs et les Chinois sont également dans les starting-blocks.
Visite du MAE turc à Beyrouth - Sputnik France, 1920, 17.11.2021
International
Au Liban, la valse des influences: après la saoudienne, voici la turque
Si Moscou devait rafler la mise, il avancerait encore un peu plus ses pions au Liban. En 2019, la société russe Rosneft avait remporté un appel d’offres pour la restauration et l’élargissement des capacités de stockage en hydrocarbure du port de Tripoli, pour une durée de 20 ans. De surcroît, par l’intermédiaire de la compagnie Novatek, la Russie participe au consortium pétrolier dans le sud du pays pour l’exploitation d’hydrocarbures offshore, avec le Français Total et l’Italien ENI.
Certes encore mineure face aux partenaires historiques du Liban, l’influence russe au pays du Cèdre a soudainement pris du poids.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала