Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Négociations avec l’Iran: Israël veut garder "un revolver sur la table "

© AP Photo / Atomic Energy Organization of IranRéacteur nucléaire
Réacteur nucléaire - Sputnik France, 1920, 26.11.2021
S'abonner
À l’approche de la reprise des négociations entre les États-Unis et l’Iran, Israël semble divisé sur la stratégie à adopter, tout en faisant néanmoins planer la menace d’une opération militaire. Mais en a-t-il réellement les moyens?
Près de six mois après avoir été suspendus, les pourparlers de Vienne entre Washington et Téhéran reprennent ce lundi 29 novembre prochain.
Et alors que l’échéance cruciale pour un retour des États-Unis dans l’accord de 2015 approche, Tel-Aviv a fait monter la tension d’un cran.
Yossi Cohen, l’ex-chef du Mossad et grand artisan de la politique israélienne des dernières années Netanyahou, a déclaré ce dimanche 21 novembre qu’Israël devait être en capacité de frapper seul l’Iran et ses installations nucléaires.
En d’autres termes, Tel Aviv ne doit pas compter sur Washington si besoin. Mais cette stratégie de décision unilatérale et de pressions et de menaces maximales est-elle la bonne à adopter face à Téhéran? Le gouvernement actuel n’est-il pas divisé sur la méthode? Et Israël peut-il vraiment frapper la République islamique d’Iran et en assumer toutes les conséquences?
Réponses dans ce nouvel épisode de Lignes Rouges avec Gil Mihaely, journaliste originaire d’Israël, directeur de la revue de géopolitique Conflits et spécialiste de l’État hébreu.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала