Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Étudiez, vous êtes filmés!": suite à la polémique, l’université de Nice retire les caméras

© Photo Pixabaycaméra surveillance société de contrôle
caméra surveillance société de contrôle - Sputnik France, 1920, 27.11.2021
S'abonner
Des caméras de vidéosurveillance ont été installées dans les salles de classe à l’insu de tous à l’institut national supérieur du professorat à Nice. Suite au scandale, l’université a fait marche arrière et les a retirées.
Drôle de découverte pour les professeurs et les étudiants de l’institut national supérieur du professorat à Nice. Ces derniers ont remarqué après les vacances de la Toussaint que des caméras de vidéosurveillance avaient été installées dans les salles de classe, plus particulièrement une caméra globulaire au-dessus du tableau filmant le professeur de dos et les étudiants de face. Ce mercredi 24 novembre, Karine Lambert, maître de conférence en histoire, a expliqué auprès de Nice-Matin avoir été alertée par des collègues sans que personne ne lui ait rien dit au préalable.
"Des enseignants se sont aperçus que des tranchées avaient été faites dans le parc et des caméras mises dans les couloirs et deux salles de classe"
Karine Lambert affirme que plusieurs enseignants s’en sont "émus auprès de la directrice" et que cette situation pose un problème de fond. Pour elle, une salle de classe est un espace de liberté et de parole, où peuvent se tenir des réunions syndicales, et où les échanges entre collègues ont vocation à rester privés. Elle affirme par ailleurs que filmer est pour le corps enseignant un précédent dangereux.

L’université se justifie avant de faire machine arrière

Pour la direction de l’université de Nice, cette installation avait pour but la sécurité des biens et des personnes conformément au plan Vigipirate. Auprès de Nice-Matin, elle a assuré qu’elle veillerait à ce que ces dispositifs soient conformes au RGPD (Règlement général sur la protection des données) et que les images seraient stockées un mois maximum en lieu sûr avec le cas échéant, la remise desdites images à la police par deux personnes habilitées.

Cependant, le 25 novembre l’université a finalement pris la décision de faire retirer ces caméras suite au tollé général suscité par la révélation de cette affaire dans Libération et Nice-Matin la veille. La Cnil (la Commission nationale informatique et libertés) avait par ailleurs reçu plusieurs plaintes de son côté. Auprès de Nice-Matin, l’université s’est dite "désolée si cela a entraîné des questionnements". Si elle rappelle à nouveau sa responsabilité quant à la sécurité des agents et étudiants, elle précise auprès du journal que ces caméras n’étaient pas encore mises en service et qu’elle aurait agi de la même façon si la demande lui était parvenue par des remontées traditionnelles. Chez les professeurs, c’est le soulagement, mais Mme Lambert a assuré auprès de Nice-Matin rester vigilante puisque d’autres dispositifs de vidéosurveillance vont rester installés sur le site.

Des précédents en France

En juillet 2018, l’Institut des techniques informatiques et commerciales (Itic) a été mis en demeure par la Cnil suite à un contrôle qui a révélé la présence de caméras de vidéosurveillance au sein des salles de classe et des lieux de vie. Ces caméras étaient installées depuis 10 ans sans que les étudiants et professeurs en soient informés. Un ancien étudiant avait expliqué auprès d’Europe 1 que ces pratiques étaient assumées par l’établissement.
"Ils assument totalement le fait qu’il y ait des caméras. On nous a déjà fait la remarque de ne pas faire n’importe quoi parce que c’est filmé. Il y a un bureau où l’on peut voir ce que les caméras filment en direct".
En octobre 2018, la Cnil a informé avoir mis en demeure l’école 42 fondée par Xavier Niel, le patron de Free, pour avoir mis en place un système de vidéosurveillance qui filmait les moindres recoins de l’établissement.
Une pratique qui était connue des élèves dès le concours d’entrée et qui était acceptée. Grégory, qui étudiait dans cette école au moment des faits, avait affirmé auprès du Figaro Étudiant que cela fait partie des règles.

"Je ne trouve pas cela intrusif car je suis dans un environnement de travail, je ne suis pas censé y introduire ma vie intime"

La Cnil indique avoir reçu plus de 25 plaintes en 2018 pour des dispositifs de vidéosurveillance au sein des écoles, collèges et lycées. Dans un communiqué, elle avait rappelé la possibilité pour les établissements de filmer les accès aux bâtiments (entrées et sorties) et les espaces de circulation, notamment pour veiller à la sécurité des élèves, des agents et des biens et éviter, en particulier, les intrusions malveillantes. Elle avait par ailleurs expliqué que sauf circonstances exceptionnelles, placer le personnel et les enfants sous surveillance systématique et continue dans les lieux de vie et de travail est excessif.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала