Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pour cette artiste danoise antiraciste, même les murs des musées sont trop blancs

© Photo korpiriun musée (image d'illustration)
un musée (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 27.11.2021
S'abonner
Alors que le Danemark est critiqué pour sa politique migratoire comptant parmi les plus dures d’Europe, ces jeunes artistes d’origine étrangère estiment qu’il y a trop de "blanc" dans les musées du pays, qu’il s’agisse du public ou de la couleur des murs.
L’idéologie "woke", qui a gagné en ampleur aux États-Unis, fait progressivement son chemin en Europe. Notamment au Danemark, où de jeunes artistes critiquent les musées du pays pour leur manque de diversité.
Dans une série d’interviews accordées à la Radio danoise, ils dénoncent entre autres la prédominance des Blancs et de leur l’histoire dans ces établissements. Ainsi, Ihsan Ihsan, artiste d’origine irakienne, dénonce: "On ne raconte qu'une seule histoire. Nous apprenons une histoire d'hommes blancs sur des hommes blancs pour des hommes blancs".
D’après lui, il doit y avoir davantage de non blancs à des postes de direction de musées ou institutions culturelles.
"Il y en a qui doivent démissionner et abandonner leurs positions de pouvoir. Ou nous devrions plutôt créer de nouveaux postes et faire de la place afin de pouvoir recruter davantage de personnes qui ne sont pas blanches. Parce qu'il est clair que tout le monde n'a pas les mêmes conditions pour accéder à ces postes. Ce sont les Blancs qui occupent ces positions. Et les Blancs sont plus susceptibles d'embaucher d'autres Blancs, donc le principe n'est pas le même pour tout le monde", regrette-t-il.
Les murs trop blancs
Dina El Kaisy Friemuth, artiste d’origine égyptienne, va plus loin. Elle se sent mal à l’aise entre les murs de ces musées qui sont trop blancs.
"En tant que personne brune, c'est étrange d'entrer dans ces institutions blanches, où tout est blanc. Et je ne veux pas seulement dire que les gens qui y travaillent sont blancs. Tout est blanc. Même leurs murs. Parce que si vous demandez à l'artiste, ce n'est pas un choix esthétique aléatoire ou pur que les murs aient cette couleur", souligne-t-elle.
Elle dénonce également le fait que les musées européens se soient approprié les trésors culturels antiques des Égyptiens. Selon elle, en continuant à les exposer, les musées se montrent racistes.
"Bien sûr que c'est raciste si on a volé certaines choses et on les montre maintenant dans des vitrines. C'est une expression de domination, et cela alimente un état d'esprit de suprématie blanche", a-t-elle conclu.
Une loi anti-migratoire durcie
Début juin, le Danemark a adopté une loi lui permettant d'ouvrir des centres pour demandeurs d'asile, lesquels y seraient envoyés pendant le traitement de leur dossier et même après la procédure. Le texte prévoit que la personne reste dans un pays tiers, même si elle obtient in fine le statut de réfugié. L'Union européenne a pris ses distances, dénonçant un projet soulevant "des questions fondamentales concernant à la fois l'accès aux procédures d'asile et l'accès effectif à la protection".
Quelques jours après le vote de cette loi, un sondage mené par le diffuseur TV2 a montré que 42% des personnes interrogées trouvaient la discrimination raciale répandue au Danemark, contre 32% il y a un an.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала