Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des pays européens projettent l'ouverture d'une représentation diplomatique commune en Afghanistan

© Sputnik . Mikhail Alaeddine / Aller dans la banque de photosKaboul
Kaboul - Sputnik France, 1920, 04.12.2021
S'abonner
Plusieurs pays européens, dont la France, travaillent à l'ouverture d'une représentation diplomatique commune en Afghanistan afin de permettre à leurs ambassadeurs respectifs de regagner le pays désormais contrôlé par les talibans*, a déclaré le 4 décembre Emmanuel Macron.
Après la prise de Kaboul par les fondamentalistes islamistes en août dernier, les États-Unis et plusieurs autres pays occidentaux ont fermé leur ambassade à Kaboul en marge du retrait chaotique des derniers militaires américains.
Les Occidentaux, qui ne reconnaissent pas "l'administration temporaire" des talibans*, réclament la formation d'un gouvernement "inclusif" alors que le cabinet actuel ne compte que des hommes talibans* pour la plupart.
L'Onu demande que les institutions afghanes reflètent davantage la diversité du pays, qui est en proie à une crise économique et humanitaire aiguë.
Emmanuel Macron a précisé à des journalistes à Doha que le projet de représentation diplomatique commune était "une démarche différente de celle de la reconnaissance politique" et "du dialogue politique avec les talibans*".
"Nous réfléchissons à une organisation à plusieurs pays, (...) un site commun à plusieurs Européens où nos ambassadeurs peuvent être présents", a-t-il expliqué, avant de partir pour Djeddah, en Arabie saoudite.
"Nous aurons une représentation diplomatique dès qu'on peut ouvrir", a-t-il ajouté, soulignant les impératifs de sécurité.
Après avoir conclu le 2 décembre à Dubaï la vente de 80 Rafale aux Émirats arabes unis, le Président français a fait une halte au Qatar avant une dernière étape controversée en Arabie saoudite.
Il sera le premier dirigeant occidental d'importance à s'entretenir avec le prince héritier Mohammed ben Salman depuis l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul.
*Organisation sous sanctions de l'Onu pour activités terroristes
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала