Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le mouvement "Balance ton bar" s’étend à Rennes, quelles sont les solutions?

CC0 / pixabay / un bar
un bar - Sputnik France, 1920, 04.12.2021
S'abonner
Depuis la rentrée 2021, de nombreuses femmes sont droguées à leur insu dans les bars. Ce phénomène touche désormais la métropole rennaise et une page Instagram dédiée permet aux victimes de s’exprimer.
Franc succès à Rennes pour le compte Instagram #balance_ton_bar_rennes. Cette page créée il y a une semaine compte déjà plus de 50.000 abonnés où pour le moment une dizaine de témoignages sont visibles. On y retrouve des personnes anonymes droguées dans les bars et boîtes de nuit de la métropole rennaise à leur insu au GHB, plus communément appelée "la drogue du violeur".
Plus surprenant, on y découvre que le phénomène n’est pas récent dans la cité bretonne puisqu’un témoignage datant de janvier 2018 affirme qu’une personne a été droguée à son insu dans la discothèque Espace Club.
Contacté par France 3, le créateur du compte a tenu à garder l’anonymat. Il affirme avoir réduit le nombre de messages publiés afin de ne pas accabler et de ne pas créer un phénomène de "trop plein" pour que le message ne se noie pas et conserve ainsi son écho.
"Je connais des personnes qui ont été victimes d'agressions sexuelles, avec ou sans drogue, ça me touche et j'avais envie que cette page soit un relais, pour une prise de conscience. Il y a des établissements qui sont clairement limites quand ce genre de choses arrivent chez eux, qui minimisent ou qui n'ont pas les réactions appropriées."

Procédures judiciaires en cours

Le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, a affirmé auprès de France 3 que "quelques procédures sont en cours".
"Nous avons eu quelques procédures dans lesquelles une éventuelle absorption de ce produit a été évoquée par des victimes, sans cependant que cela ne puisse être objectivé"
Le 17 novembre, Laure Beccuau, procureure de la République de Paris, a annoncé avoir lancé une enquête suite à neuf plaintes au micro de RTL.
Selon France Bleu, ce phénomène s’est déroulé dans 14 villes depuis la rentrée. L’association DBSP ("Dis Bonjour Sale Pute") a mené une enquête en novembre dernier. Sur un échantillon de 825 personnes, elle a comptabilisé 52,9% de cas de personnes droguées dans les bars. Elle constate que 7,1% des victimes ont porté plainte, soit 59 personnes. Seulement 5% ont abouti, ce qui représente un chiffre de trois procédures sur 59 plaintes.
Il faut noter que depuis 2018, la loi Schiappa punit d’une peine de cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende le fait d’administrer à une personne, à son insu, une substance de nature à altérer son discernement ou le contrôle de ses actes afin de commettre à son encontre un viol ou une agression sexuelle . Lorsque les faits sont commis sur une personne de moins de 15 ans, la peine maximale est portée à sept ans de prison et 100.000 euros d’amende.

Quelles solutions face à ce phénomène?

Certains bars et boîtes de nuit semblent démunis face à cette situation et font de la prévention auprès de leurs clients comme le bar "Les 3 rois" à Tours, ville également touchée par ce phénomène.
D’autres ont décidé de lutter contre le GHB. Un patron de bar à Lille a créé un bouchon de silicone afin de prévenir le risque d’introduction de drogue dans les verres. Un dispositif qui a rencontré un succès puisque certains établissements les proposent auprès de leurs clients, notamment à Reims depuis la fin du mois d’octobre dernier.
Une action de sensibilisation a été menée auprès des étudiants par l’université de Tours cette semaine. Elle a décidé en partenariat avec la ville de distribuer gratuitement ces couvercles anti-drogue.
En 2014, l’entreprise américaine Undercover colors présentait un vernis à ongles pour lutter contre les intoxications dans les bars où boîtes de nuit. Le principe est simple puisqu’il suffit de tremper son doigt dans son verre pour détecter la présence de drogue. Si la couleur du vernis vire au noir, cela signifie que le verre est contaminé.
Enfin, en 2013 deux chercheurs de l’Université de Tel Aviv ont mis au point une paille qui permet de détecter grâce à un capteur, la présence de drogue dans la boisson. Malheureusement, le dispositif n’a pas été commercialisé.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала