Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Présidentielle 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

"Il n’est personne": Zemmour s’emballe contre Macron pendant son premier meeting sous tension

© AP Photo / Rafael YaghobzadehMeeting en soutien à Éric Zemmour
Meeting en soutien à Éric Zemmour - Sputnik France, 1920, 06.12.2021
S'abonner
Jugeant qu’"en 2017, la France a élu le néant", Éric Zemmour a promis de vaincre l’"idéologie" d’Emmanuel Macron qu’il a considéré être un "fantôme" et un "grand vide" pendant son premier meeting politique, lequel a rassemblé quelque 10.000 personnes et ne s’est pas déroulé sans heurts.
Émaillé d’incidents violents, le premier meeting politique d’Éric Zemmour à Villepinte, en Seine-Saint-Denis, a également été marqué par les vives critiques qu’il a adressées à l’actuel Président.
Après avoir antérieurement appelé à "un grand rassemblement" contre Emmanuel Macron, le chef du nouveau parti Reconquête a lancé devant quelque 10.000 personnes:
"Ce n’est pas la personne d’Emmanuel Macron que nous allons vaincre, mais mieux, son idéologie. Ce système dont il est le porte-drapeau, le porte-parole et l’exécutant". "La personne d’Emmanuel Macron ne nous intéresse pas car elle est fondamentalement inintéressante" a renchéri M.Zemmour, qui s’est vu agressé pendant son meeting par un homme jusqu’à en être blessé au poignet, selon son camp.
Critiquant le Président, le nouveau candidat ne s’est pas privé de le traiter de "mannequin", d'"automate" ou encore de "masque sans visage", comme le rapporte un journaliste de Challenges présent dans la salle.
"En 2017, la France a élu le néant et elle est tombée dedans", a poursuivi le polémiste. "Trouvez-moi un seul Français dans le pays qui puisse expliquer la pensée d’Emmanuel Macron. Un seul. Il n’y en a aucun, pas même lui. Personne, personne ne sait qui il est parce qu’il n’est personne."
Dans le climat électrique du meeting, des militants de SOS Racisme ont été frappés par d’autres participants, alors que des journalistes de Quotidien étaient exfiltrés sous les huées.

Chute dans les sondages

Le jour même du rassemblement d’Éric Zemmour, Gabriel Attal s’est lancé dans des critiques à son encontre dans les colonnes du Parisien.
Estimant que sa campagne n’est que "du vent et des larmes", le porte-parole du gouvernement a pris la défense d’Emmanuel Macron.
"Pendant qu'il [Zemmour] faisait des doigts d'honneur dans la rue, Emmanuel Macron faisait rentrer Joséphine Baker au Panthéon. Pendant qu'il singeait le général de Gaulle, le président vendait 80 rafales, un contrat historique pour nos industries de défense."
Si, début novembre, Éric Zemmour enregistrait une hausse dans les sondages, un mois plus tard il avait perdu de deux à trois points pour redescendre jusqu’à 14-15%.
Parallèlement, Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature, est resté stable (25%), selon un sondage Ifop réalisé pour Le Journal du Dimanche et publié le 5 décembre.
En cas de second tour avec Marine Le Pen, l’actuel chef de l’État est crédité de 54% contre 46% des voix.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала