Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Roumanie et la Bulgarie attendent toujours de rejoindre l’espace Schengen

© REUTERS / Wolfgang RattayInscription mentionnant l'espace Schengen
Inscription mentionnant l'espace Schengen - Sputnik France, 1920, 06.12.2021
S'abonner
Membres de l'Union européenne depuis 2007, la Roumanie et la Bulgarie attendent toujours de rejoindre l’espace Schengen et la fin du mécanisme de coopération et de vérification (MCV).
Imposé par la Commission européenne, le MCV est une mesure de sauvegarde lorsqu’un nouveau membre ou un État adhérent de l’UE n’a pas respecté les engagements pris lors des négociations d’adhésion dans les domaines de l’espace de liberté, la sécurité et la justice ou la politique du marché intérieur.
C’est le principal obstacle qui se dresse encore devant la Roumanie et la Bulgarie pour rejoindre l’espace Schengen, 14 ans après leur adhésion à l’UE. La Commission européenne étudie régulièrement les avancées réalisées par Sofia et Bucarest en matière de sécurité dans l’espace européen, en vue de lutter contre le développement du crime transfrontalier.
Conclu à Schengen au Luxembourg en 1985, puis adopté dans sa forme actuelle en 1995, l'accord de Schengen est une entente entre les pays membres afin de réguler le déplacement de la population transfrontalière. Il élimine les frontières internes afin d'y faciliter le flux et renforce les frontières externes, notamment par la collaboration des États.
Les ambitions de la Roumanie et la Bulgarie se heurtent à l'opposition de quelques pays membres qui doivent par consensus permettre l'adhésion d’un État à l’espace Schengen fut-il membre de l’UE.
Parmi ces pays figurent les Pays-Bas qui doutent de la capacité de la Roumanie et la Bulgarie à assurer un réel contrôle aux frontières contre l'immigration illégale et les différents trafics. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, un homme pointilleux sur l’adhésion à Schengen, juge ''incomplet'' le travail effectué par les Bulgares afin de répondre aux critères d'admission à l'espace Schengen. Plusieurs doutes persistent, selon lui, notamment ''les contrôles frontaliers inefficaces et la précarité économique [...] ne permettant pas à la Bulgarie d'atteindre les plus hauts standards de qualification à l'espace Schengen''.
La Roumanie est à son tour pointée du doigt par Bruxelles comme étant inapte pour le moment à rejoindre l'espace Schengen, affirment des pays membres, estimant que ce pays se retrouve dans un corridor important pour les migrations. La Roumanie est perçue par les Pays-Bas comme ayant des frontières poreuses.
À ce jour, Roumains et Bulgares peuvent circuler librement et travailler dans les autres pays de l'accord pendant un maximum de trois mois sans autorisation de travail. Ils sont par contre contraints d’obtenir un permis de travail lorsque le séjour dépasse les 90 jours.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала