Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Au Qatar, Erdogan veut rassurer ses alliés et se réconcilier avec ses anciens ennemis

© AFP 2021 MURAT CETIN MUHURDARErdogan au Qatar
Erdogan au Qatar - Sputnik France, 1920, 08.12.2021
S'abonner
En pleine crise, Ankara renforce ses liens économiques avec son allié historique, le Qatar. Face à la reconfiguration régionale, la Turquie s’ouvre également à ses anciens ennemis. Au prix de quelques concessions…
En visite dans l’émirat pendant deux jours, Erdogan serait-il venu faire la quête à Doha? Une démarche tentante en temps de crise...
"Nous ne sommes pas venus au Qatar pour leur demander d'envoyer de l'argent en particulier, nous ne sommes ici que pour discuter de l'amélioration de nos relations", a coupé court le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.
De fait, le maître d’Ankara a participé à la septième réunion du haut comité stratégique Turquie-Qatar. Il a également passé en revue la base turque présente sur le territoire de l’émirat. Plus de 3.000 soldats sont sur place.
Le président Recep Tayyip Erdogan et l'émir Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani ont surtout signé quinze accords pour renforcer les liens dans le domaine des services bancaires, des médias, de la culture et des finances. D’ailleurs, le communiqué commun indique que le Qatar a accepté de prolonger un accord d'échange de devises avec la Turquie. En décembre 2020, Doha avait en effet déjà consacré 15 milliards de dollars aux opérations de change pour soutenir l’économie turque. Une mesure vitale pour Ankara.

Erdogan de moins en moins populaire en Turquie

Cette alliance s’inscrit donc dans la durée. À ce jour, le Qatar est le deuxième investisseur en Turquie. Les liens sont "solides et cordiaux", précise Umar Karim, chercheur à l’université de Birmingham et spécialiste du Golfe.
"Les relations économiques sont particulièrement fortes. Le soutien qatari a été crucial pour stabiliser la monnaie turque dans le passé et la Turquie souhaiterait l'étendre", souligne-t-il au micro de Sputnik.
Et pour cause, l’économie turque est au plus bas. La livre turque continue de chuter. En 2019, un dollar valait 5,7 livres turques, aujourd’hui il en vaut plus de 11. Une situation catastrophique pour la population et les marchés financiers. De surcroît, la cote de popularité d’Erdogan en pâtit. Selon un sondage du mois d’octobre, le Président turc ne bénéficie que de 38,9% d’opinions favorables.
Recep Tayyip Erdogan reçoit Mohammed bin Zayed Al Nahyan - Sputnik France, 1920, 25.11.2021
Entre la Turquie et les Émirats, une réconciliation à coups de milliards
Pour soigner une économie moribonde, il entend renforcer encore un peu plus les échanges bilatéraux. Les exportations turques vers le Qatar ont augmenté de 50% entre 2016 et 2017, atteignant 750 millions de dollars, et la Turquie s'est classée au huitième rang des marchés d'importation du Qatar en 2017. Le volume annuel du commerce bilatéral entre les deux pays s'élève actuellement à environ 1,5 milliard de dollars. Les responsables turcs et qatariens ont l'intention de porter les flux commerciaux à 5 milliards de dollars dans les années à venir. Le petit émirat détient de surcroît 10%des actions de la Bourse d’Istanbul
Outre les dossiers économiques, ce déplacement à Doha revêt un intérêt politique:
"Il s’agit mettre le Qatar en confiance par rapport au récent rapprochement de la Turquie avec les Émirats arabes unis. Le renouvellement de l'engagement avec les Émirats arabes unis n'affectera pas les engagements d'Ankara envers le Qatar", résume le chercheur.
Et Erdogan s’est voulu on ne peut plus clair. "Nous ne faisons aucune différence entre la sécurité et la stabilité de notre pays et celles du Qatar", a martelé le Président turc lors de sa visite. En effet, l’alliance entre Doha et Ankara constituait un bloc opposé aux desseins régionaux de Riyad, Abou Dhabi et Le Caire.
Mais, le 24 novembre, le prince héritier des Émirats, homme fort du pays, Mohammed Ben Zayed Al Nahyane (dit "MBZ"), a été reçu en grande pompe par Recep Tayyip Erdogan lui-même au palais présidentiel de Bestepe. Une première depuis 2012. Au cours de ce déplacement, les anciens rivaux régionaux ont conclu une dizaine d’accords économiques dans des domaines aussi variés que l’énergie, les transports, la défense, le tourisme ou les services financiers. Le richissime émirat prévoit d’injecter plus de 10 milliards de dollarsdans l’économie turque.

La fin de la confrontation inter-sunnite

Ce début de rapprochement résulterait surtout d’une volonté commune de tourner la page des Printemps arabes. Alors qu’Ankara avait fait le choix de soutenir les rébellions en Égypte, en Tunisie et en Syrie, Abou Dhabi était plus ou moins partisan de l’ordre régional établi. "Nous continuerons de développer nos relations avec nos frères du Golfe, sans aucune distinction, dans le cadre de nos intérêts communs et d'un respect mutuel", a déclaré Erdogan le 6 décembre.
Cette main tendue vers ses anciens ennemis régionaux ne serait pas sans conséquences sur ses anciennes alliances.
"La Turquie et le Qatar partagent une vision similaire sur l'islam politique et les Frères musulmans*. Mais, en même temps, en raison de l'évolution des réalités politiques, cette position a définitivement évolué et l'enthousiasme a diminué", précise Umar Karim
Et c’est peu dire, alors que Doha et Ankara sont considérés comme les parrains du mouvement islamiste, la Turquie commence peu à peu à prendre ses distances avec la confrérie. Une manière de montrer sa bonne volonté à l’Égypte, aux Émirats et à l’Arabie saoudite qui ont classé les Frères musulmans* dans les organisations terroristes. Dans le sillage de leur rapprochement diplomatique avec Le Caire, débuté en mars dernier, les autorités turques ont fait pression pour que plusieurs chaînes de télévision proches des Frères musulmans* cessent leurs critiques à l’égard de l’Égypte.
L’heure de la confrontation entre les deux axes sunnites semble donc révolue. "Le blocus et les sanctions imposés au Qatar ont été levés depuis le début de cette année. À l'heure actuelle, la solidarité est rétablie entre les pays du Golfe", a déclaré Recep Tayyip Erdogan
Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France, 1920, 19.11.2021
Acculé par la crise économique, Erdogan troque son treillis pour l’habit de diplomate
En effet, depuis janvier dernier et le sommet d’Al-Ula en Arabie saoudite, les pays du Golfe ont mis fin au blocus du Qatar débuté en juin 2017. D’ailleurs, le prince héritier de l’Arabie saoudite doit succéder à Erdogan, en visitant Doha le 8 décembre. Cette rencontre mettra ainsi fin à cette logique d’axes. "Ces deux blocs politiques [Ankara-Doha et Riyad-Abou Dhabi-Le Caire, ndlr]n’existent plus. Chaque État de la région poursuit uniquement son propre intérêt national", pense Umar Karim.
Pour la Turquie, il n’est plus nécessaire de se limiter au Qatar, quand on peut renouer avec tous les pays du Golfe.
* Organisation terroriste interdite en Russie.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала