Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Grippe aviaire: la chasse interdite, "une gestion hygiéniste et totalitaire de cette crise"?

Un fusil - Sputnik France, 1920, 08.12.2021
S'abonner
Dans les Hauts-de-France, les foyers de grippe aviaire touchent de plein fouet les éleveurs. Mais les chasseurs sont les victimes collatérales de cette épidémie. Des arrêtés préfectoraux leur interdisent dorénavant la cynégétique.

"Les chasseurs sont abasourdis par cette situation."

Porte-parole du Mouvement pour la ruralité dans les Hauts-de-France, Bernard Borel ne cache pas sa déception au micro de Sputnik: la préfecture a suspendu la chasse aux gibiers d’eau et à plume dans un rayon de 10 km autour de Warhem (59).
La décision résulte de la découverte d’un foyer de grippe aviaire (influenza) dans ce village du Nord de la France. "La France a détecté le 26 novembre un foyer dû à une souche hautement pathogène (IAHP) dans un élevage de poules pondeuses situé sur la commune de Warhem", ont indiqué les services du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Les pouvoirs publics en alerte

"La suspicion d’infection fait suite à un constat de mortalités anormales parmi les volailles de l’élevage.Des investigations sont en cours pour identifier l’origine de la contamination", ont expliqué les services de l’État.
Instachasseresse, influenceuse Instagram pro-chasse - Sputnik France, 1920, 20.08.2020
Pour Marine, influenceuse pro-chasse, «ce n’est pas l’acte de tuer en lui-même qui compte»
Alors, pour éviter la propagation du virus, le foyer a été dépeuplé et désinfecté. Georges-François Leclerc, préfet des Hauts-de-France, a par ailleurs instauré une zone de protection et une zone de surveillance autour du village.

"On a quand même une certaine opacité au niveau des informations qui nous sont données et tout tourne autour de la suspicion", regrette Bernard Borel.

Il déplore notamment l’absence d’étude qui démontrerait le rôle prépondérant des oiseaux migrateurs dans la propagation de la grippe aviaire. Ou encore si l’usage par les chasseurs d’un appelant (par exemple une oie ou un canard vivant destiné à attirer ses congénères), participe également à la diffusion du virus. Deux points qui sont pourtant au cœur de l’activité de Bernard Borel:

"Notre signature, c’est la chasse aux oiseaux migrateurs et notre chasse traditionnelle, qui est la chasse à la hutte, se pratique en utilisant des appelants."

Cette interdiction de chasse a donc une incidence forte."On est plusieurs milliers de chasseurs touchés", avance le membre du Mouvement pour la ruralité. "Mais cela concerne aussi toute la filière économique: les artisans, les armuriers, les commerçants, ou encore les éleveurs", souligne-t-il. Avant d’ajouter: "Plus personne ne vient [chasser] dans la région."

L’État doit passer à la caisse

Par conséquent, Bernard Borel en appelle donc aux pouvoirs publics. Il exige une indemnisation pour couvrir les pertes financières touristiques, mais également les frais personnels engagés. Les chasseurs ont payé "leur permis de chasse et souscrit à des assurances", avance-t-il. Sans compter, concernant la chasse à la hutte, qu’ils ont "engagé des frais pour entretenir les territoires". Une obligation réglementaire, précise Bernard Borel. En outre, il déplore que les chasseurs soient désormais dans l’impossibilité de "pratiquer et transmettre leur passion". Alors, pour faire valoir leurs droits, il souhaite que tous les chasseurs impactés se mobilisent pour engager une procédure collective contre l’État.

"L’État considère à un moment qu’il n’a pas d’autres solution que d’interdire la chasse, mais il ne prévoit pas de processus d’indemnisation, ce qui démontre une certaine légèreté de ses services", affirme notre interlocuteur.

Reste qu’un foyer a été découvert le week-end du 4 au 5 décembre dans la commune de Winnezeele, à 20 km de Warhem. "C’est pourquoi il est important d’agir maintenant", en conclut Bernard Borel, car c’est une "situation qui pourrait se dupliquer dans d’autres régions de France et probablement se renouveler dans les années à venir".

"Il faut éviter la gestion hygiéniste et totalitaire de la crise que l’on subit, en nous permettant de jouer un rôle de sentinelles sanitaire", plaide Bernard Borel.

Pour ce faire, il préconise de "mettre en place des mesures de surveillance", avec l’aide des chasseurs. Ceux-ci "font partie des habitants qui vont dans les moindres recoins de notre nature et ruralité".
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала