Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Extradition de Julian Assange aux USA: Paris "ne peut plus donner de leçons de morale!"

© AFP 2021 JUSTIN TALLIS / AFPJulian Assange, le 19 mai 2017
Julian Assange, le 19 mai 2017 - Sputnik France, 1920, 10.12.2021
S'abonner
La justice britannique a ouvert l’extradition vers les États-Unis de Julian Assange. Pour la lanceuse d’alerte Stéphanie Gibaud, il y a urgence à réagir pour les Européens –la France en tête– car il en va de leur crédibilité internationale.

"On devient la risée du monde… si on n’est pas nous-mêmes exemplaires on ne peut plus donner de leçons de morale à d’autres pays !"

"Bouleversée", Stéphanie Gibaud, auteur de La traque des lanceurs d’alerte (Éd. Max Milo, 2017), ouvrage préfacé par Julian Assange, réagit au micro de Sputnik à la suite de l’arrêt de la Cour suprême de Londres dans le bras de fer qui oppose le fondateur de Wikileaks aux États-Unis. En appel, les juges de Sa Majesté ont décidé, ce 10 décembre, de casser le verdict rendu le 4 janvier par le tribunal de district de ne pas extrader le journaliste australien.
"Qu’est-ce qui a pu se passer en Grande-Bretagne entre le 4 janvier et aujourd’hui? Qu’est-ce qu’il y a de secret que l’on ignore encore?", s’interroge celle qui avait dévoilé l’évasion fiscale massive à laquelle s’adonnait la banque UBS en France. "Depuis les révélations d’Edward Snowden, on sait que tout finit par se savoir!", insiste-t-elle.

Assange: journaliste destiné à mourir dans les geôles américaines?

Au Royaume-Uni, ce revirement judiciaire s’expliquerait par les "garanties" que le gouvernement américain aurait apportées à la Cour. "Mais c’est une blague?", fulmine Stéphanie Gibaud après avoir pris connaissance de l’arrêt. Il faut dire que le répit obtenu en début d’année par Assange n’était en rien motivé par la liberté d’informer, mais par son état de santé dégradé et le risque qu’il se suicide lors de son incarcération outre-Atlantique..

"Il faut rappeler qu’Assange est un journaliste et qu’il n’a fait que son travail de journaliste", insiste Stéphanie Gibaud qui tient à remettre les pendules à l’heure. "Et que si cette extradition avait lieu, cela mettrait en péril tous les journalistes qui ne sont pas Américains qui travaillent sur les États-Unis. C’est d’une dangerosité absolue!"

Car en fait de "garanties" des autorités américaines, il s’agit tout simplement de leur capacité à empêcher Julian Assange de se suicider lors de son incarcération outre-Atlantique. En effet le journaliste, qui a déjà passé sept années entre les murs de l’ambassade d’Équateur à Londres et qui, depuis plus de deux ans, est incarcéré dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, encourt 175 ans de réclusion criminelle aux États-Unis. Une fin de vie entre quatre murs en somme, et pas n’importe lesquels.
Pour la justice britannique, le risque était trop grand que le fondateur de Wikileaks, inculpé par le ministère de la Justice américaine (DoJ) pour piratage informatique et "espionnage", soit incarcéré dans une prison de haute sécurité, les "supermax". Ces derniers, destinés aux plus dangereux criminels, sont le symbole de l’enfer carcéral américain. Les cellules de ces quartiers prennent directement modèle sur Alcatraz: mobilier de béton encastré, isolement phonique et impossibilité de percevoir le monde extérieur ou d’entrer en contact avec d’autres prisonniers.
Jean Lassalle et Jean-Luc Mélenchon lors d'une rencontre avec John Shipton à l'Assemblée Nationale - Sputnik France, 1920, 17.11.2021
WikiLeaks: plusieurs députés français se mobilisent pour Julian Assange
C’est d’ailleurs dans l’un de ces "supermax" que la justice américaine avait envoyé sans jugement le cadre d’Alstom Frédéric Pierucci afin de le briser et de faire pression sur l’entreprise française pour qu’elle accepte de vendre sa branche énergie à General Electric. Le tout dans la plus grande indifférence de Paris.
Mais le gouvernement américain l’assure: Assange ne sera pas envoyé au pénitencier de Florence, dans le Colorado, le plus sécurisé des 60 supermax étatsuniens. Par ailleurs, si le Royaume-Uni leur remet le journaliste, celui-ci sera "éligible" à purger toute peine de prison dans son Australie natale. Rendant son verdict, la juge britannique a ainsi estimé qu’"il n'y a aucune raison de supposer que les États-Unis n'ont pas donné leurs garanties de bonne foi". Un point de vue que ne partage pas la fiancée de Julian Assange, qui a estimé que les garanties américaines étaient "par nature peu fiables".

La France, pays des droits de l’homme… à deux vitesses

C’est d’ailleurs l’indifférence de Paris qui aujourd’hui indigne le plus Stéphanie Gibaud. Elle dénonce ainsi un "silence de cathédrale" à l’égard du sort d’Assange, de la part d’un establishment français habituellement épris de "belles paroles".

"Le cas Navalny a mobilisé une grande partie de nos dirigeants. Et là, on ne les entend plus. C’est particulièrement dérangeant. Il y a deux poids, deux mesures et dès qu’il s’agit des États-Unis, tout le monde est à plat ventre", fustige la lanceuse d’alerte.

Pour l’heure, aucun membre de l’exécutif français n’a réagi à cette décision de justice britannique. On est effectivement bien loin des cris d’orfraie faisant suite à la condamnation à 3 ans et demi de prison d’Alexeï Navalny pour la violation des termes de sa conditionnelle dans une affaire caractérisée d’escroquerie. En l’occurrence, l’affaire Yves Rocher. Les Occidentaux avaient même infligé à la Russie une volée de sanctions supplémentaires. Force est de constater que face à Washington, le courage fait défaut.
Une pusillanimité que Moscou n’a pas manqué de souligner, dans sa condamnation. "L’Occident a fêté dignement la journée internationale des droits de l’homme et la fin du Sommet pour la démocratie", a ainsi taclé Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. Se priver d’une telle occasion en or n’aurait-il pas été criminel? Notre intervenant voit même plus loin.

"Imaginez, si Monsieur Poutine faisait une déclaration ce soir disant "Nous avons accueilli sur notre sol Edward Snowden et nous sommes prêts à prendre les dispositions immédiates pour accueillir Julian Assange et sa famille". Imaginez de quoi l’Europe et la France "pays des droits de l’homme", comme le répètent nos ambassadeurs, auraient l’air! [...] Je suis bouleversée que l’Occident puisse prendre des décisions comme celle-là", poursuit Stéphanie Gibaud.

Celle-ci fustige "l’hypocrisie" des réponses que l’Élysée adressait à ses lettres dans lesquelles elle demandait à François Hollande, puis à Emmanuel Macron, d’accorder l’asile à Julian Assange et Edward Snowden. "On ne peut rien faire, il y a un mandat d’arrêt européen", relate-t-elle. En somme, circulez, il n’y a rien à voir. Une situation à ses yeux d’autant plus insoutenable que ces deux lanceurs d’alerte ont révélé l’ampleur de l’espionnage auquel les agences américaines de renseignement s’adonnent en France, écoutant jusqu’aux téléphones portables des locataires du Palais. Des prises de risque qui contrastent avec le pedigree d’hommes auxquels la France a offert l’asile.

"Il faut rappeler que la France a accueilli des dictateurs qu’elle a protégés! notamment Baby Doc Duvalier, haïtien sanguinaire", rappelle Stéphanie Gibaud, "et qu’elle se refuse obstinément à ouvrir la porte à des lanceurs d’alerte, à des journalistes qui se sont levés pour défendre les intérêts de notre pays! C’est tellement choquant que je pense que cela va réveiller beaucoup de consciences", insiste-t-elle.

Selon la lanceuse d’alerte, "la France a là une carte à jouer pour reprendre des galons sur la scène internationale", ne serait-ce que vis-à-vis des pays francophones, voire des Anglo-Saxons. L’asile à l’Australien Assange serait une "réponse du berger à la bergère" après le torpillage à Canberra du contrat du siècle par les Américains.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала