Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Fermeture de lits: "rien qui confirme une hémorragie", selon le ministère de la Santé

Lit d'hôpital - Sputnik France, 1920, 17.12.2021
S'abonner
Durant cette deuxième année de crise sanitaire, le nombre de lits dans les hôpitaux a diminué de 2% par rapport à fin 2019, montre l’enquête commandée par le ministère de la Santé. Ces données ne corroborent donc pas le taux inquiétant de 20% évoqué auparavant par le Conseil scientifique.
Un nouvel argument vient d’être apporté par le ministère de la Santé dans les débats autour du système hospitalier, lequel serait fragilisé par la fermeture massive de lits à cause d’un manque de personnels. Côté statistique, les feux ne sont pas au rouge.
Selon une enquête de la Direction générale de l'offre de soins (DGOS) effectuée en octobre 2021 et dévoilée le 16 décembre, le nombre de lits ouverts dans les hôpitaux français était en baisse de 2% par rapport 2019 (et -3% par rapport à 2020), soit 1.800 lits en moins, rapportent 20 minutes et l’AFP. Près de 1.100 établissements de santé, publics et privés, représentant deux tiers des lits et des personnels hospitaliers du pays, ont répondu à l'enquête du ministère.
Les chiffres varient selon les services: 7% de lits de moins en chirurgie, 4% de baisse en obstétrique, 2% de moins en médecine et en soins de suite et de réadaptation (SSR). A contrario, le nombre de lits en ambulatoire a progressé: de 6% en chirurgie, de 19% en médecine et de 20% en SSR.

"Ces ordres de grandeur permettent de nuancer les constats qui ont pu être dressés. Ce "20 % de lits fermés", on a pu le retrouver localement mais ce n’est pas une vérité générale", a indiqué la DGOS citée par 20 minutes.

Certes, "cela ne nie pas les tensions", nuance la direction.
DGOS a pointé également la hausse du nombre de lits de réanimation, qui sont passés de 5.100 avant la crise sanitaire à 5.800 au minimum entre les vagues épidémiques au détriment d'autres capacités, car "un lit de soins critiques, c'est l'équivalent de quatre ou cinq lits conventionnels", rapporte l’AFP.
"Nous n’avions pas un système totalement saturé", avance le ministère: en octobre 2021, seulement 16% des services en médecine avaient un taux d’occupation de 90%.

Et les personnels?

Ainsi, pour le ministère, "il n’y a rien qui confirme une hémorragie" du système hospitalier.
Concernant les départs des personnels, la DGOS a constaté, en octobre 2021, que 314 médecins, 42 sages-femmes, 511 aides-soignants et 1.245 infirmiers avaient démissionné. "Cela fait deux démissions par établissement en moyenne sur toutes ces professions pour un mois", relativise la DGOS, citée toujours par 20 minutes.

"En revanche, on voit des difficultés dues à l’absentéisme et à des équipes instables. L’absentéisme est un peu supérieur à la normale, de l’ordre de 1 point par rapport à 2019 pour tous les différents métiers", poursuit la DGOS.

Des chiffres alarmants

Début octobre, le Conseil scientifique a sonné l’alarme en livrant un pourcentage inquiétant de la fermeture des lits de 20% dans tous les secteurs de soin.

"Les pouvoirs publics doivent porter une attention particulière à la situation très fragilisée, y compris dans les services pédiatriques et dans les hôpitaux avec un nombre significatif de lits fermés. Cette situation pourrait mettre les établissements sous forte tension", développait le conseil dans son avis du 5 octobre.

Mi-novembre, Martin Hirsch, le directeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), évoquait dans L’Express 13% de lits fermés début novembre dans les 39 hôpitaux franciliens.
Ces annonces ont engendré une inquiétude générale, conduisant le ministre de la Santé a commandé une étude sur la fermeture des lits.
Face à ces discours alarmants, les sénateurs se sont également chargés de la question en créant la commission d’enquête sur la situation de l’hôpital et le système de santé. Le 9 décembre, lors de sa première audition, Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat infirmier SNPI, a pointé le manque d’effectifs. Selon lui, en décembre 2021, 60.000 postes d’infirmiers manquaient bien qu’en septembre 2020 il n’y avait que 34.000 postes vacants d’infirmiers en France.
Récemment, Olivier Véran a eu un échange électrique avec le député La France insoumise François Ruffin qui lui avait reproché une mauvaise gestion du système hospitalier pendant la crise sanitaire et l’avait accusé d’avoir "tué" l’hôpital.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала