Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Gabon: le pass sanitaire à l’origine d’une grogne sociale

Libreville - Sputnik France, 1920, 17.12.2021
S'abonner
Le pass sanitaire est devenu obligatoire au Gabon le 15 décembre. Il est désormais exigé pour avoir accès au travail et dans certains lieux publics. Dans le pays, la société civile et les syndicats ont appelé à la ville morte pour protester contre la mesure. Ils dénoncent des atteintes graves aux libertés.
Depuis le 15 décembre au Gabon, l’accès à son lieu de service ou tout autre lieu public est conditionné par la présentation d’un pass sanitaire. Une mesure gouvernementale rejetée par les syndicats et les acteurs de la société civile, à l’instar du "Copil citoyen" une plateforme locale de contrôle de la gestion de la pandémie du Covid-19.
"Dans notre souci de préserver le respect des libertés individuelles et collectives garanties par notre Constitution, les acteurs de la société civile condamnent très fermement ces mesures qui visent à contraindre les populations à se faire vacciner ainsi que les mesures discriminatoires et tendancieuses envers les non volontaires au vaccin en l’occurrence, les pressions sur l’obligation vaccinale au sein des corps de sécurité et de défense et dans les secteurs publics, parapublics et privés", dénonce Jean Valentin Leyama, membre fondateur de la plateforme au micro de Sputnik.

"Journée ville morte"

En effet, dans le cadre du renforcement de la lutte contre le Covid-19, le gouvernement gabonais a arrêté, le 27 octobre 2021, des nouvelles mesures prenant effet à compter du 15 décembre. Il s’agit entre autres de l’obligation de présenter un test PCR ou une attestation de vaccination pour avoir accès aux lieux publics, notamment les administrations, les entreprises, les restaurants et les snack-bars, mais aussi la fin de la gratuité des tests PCR qui passent désormais à 20.000 F CFA (36 dollars).
Des mesures jugées "liberticides" par les acteurs de la société civile et autres syndicats qui ont appelé à une journée ville morte lancée le 15 décembre. Une journée diversement vécue par les populations de Libreville et ses environs. Pour Jean Valentin Leyama, cependant, "le mot d'ordre de la ville morte a été très largement suivi au regard du constat fait sur l'ensemble du territoire".
"L'activité a tourné au ralenti. Libreville, par exemple, a été épargné des embouteillages habituels du fait de la réduction de la circulation, les gens sont restés chez eux. Même la presse officielle s'en est fait l'écho. Au-delà de cette action, nous avons introduit un recours en annulation de ces mesures gouvernementales auprès de la Cour constitutionnelle", poursuit l’acteur de la société civile.

La réticence au vaccin

"Nous nous réservons la faculté d'engager d'autres actions citoyennes et pacifiques jusqu'à l'aboutissement de nos revendications", martèle Jean Valentin Leyama. Alors que le Gabon compte à la date du 17 décembre, plus de 37.000 cas de contamination et a enregistré 285 décès, huit mois après le lancement de la vaccination contre le Covid-19, les populations ne se pressent toujours pas. Fin novembre, 112.000 personnes seulement s’étaient déjà fait vacciner, soit 4% de la population.
La campagne de vaccination en cours au Cameroun - Sputnik France, 1920, 20.10.2021
Covid-19: au Cameroun, un pass sanitaire qui ne dit pas son nom?
Dans le pays comme ailleurs en Afrique subsaharienne, la réticence vaccinale est particulièrement forte. Une tendance alimentée par les débats télévisés qui relaient de multiples controverses autour de l’efficacité et des potentiels effets secondaires des vaccins disponibles. Des controverses qui n’ont pas cessé d’enfler depuis que deux médecins français avaient suggéré d’expérimenter un vaccin contre le Covid-19 en Afrique lors d’une émission diffusée sur la chaîne LCI en avril 2020. Pour les acteurs de la société, la "vaccination doit être volontaire".
"Le gouvernement doit aussi s’engager pour sa part à couvrir toutes les charges en cas d’effets secondaires avérés ou décès prouvé comme consécutif au vaccin", souligne Jean Valentin Leyama.
Forces de police gabonaises - Sputnik France, 1920, 23.02.2021
Des casseroles à la rue, la colère gronde au Gabon contre la gestion de la crise sanitaire
Dans son plaidoyer, l’observatoire citoyen, propose également "la suppression des mesures privatives de libertés" dans la lutte contre la pandémie. En février, des échauffourées entre la police et des manifestants avaient fait plusieurs morts dans le pays. Les protestataires s’érigeaient contre le durcissement des mesures gouvernementales contre la propagation du Covid-19, notamment un couvre-feu imposé à partir de 18 heures.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала