Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Présidentielle 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Guillaume Tabard: "Emmanuel Macron a su se sortir des crises, sans forcément les régler"

© AFP 2021 BENOIT TESSIEREmmanuel Macron
Emmanuel Macron - Sputnik France, 1920, 18.12.2021
S'abonner
Exclusif
Alors que le quinquennat approche de son terme, la question du bilan de la présidence d’Emmanuel Macron est sur toutes les lèvres. La "révolution" annoncée a-t-elle eu lieu? Retour sur le règne "jupitérien" avec le journaliste Guillaume Tabard.
"La promesse du “nouveau monde” a été ratée: cela ne pouvait pas en être autrement. Il fallait beaucoup de prétention ou d’illusion pour croire que l’élection d’un homme, fût-il Président de la République, allait suffire à changer radicalement le fonctionnement du pays et les habitudes de la société", assène Guillaume Tabard devant les caméras de Sputnik.
L’éditorialiste du Figaro vient de publier Macron, la révolution inachevée (Éd. Robert Laffont). Car de "révolution" justement, il n’y a pas eu sous le quinquennat qui s’achève. "Emmanuel Macron en 2017, un peu comme Nicolas Sarkozy en 2007 ou Jacques Chirac en 1995, a donné le sentiment –ou l’illusion– que sa propre élection suffirait à changer le climat dans le pays et que, cette fois-ci, on s’attaquerait vraiment à des chantiers longtemps laissés en jachère", récapitule Guillaume Tabard.
Emmanuel Macron n’en est pourtant pas à un paradoxe près. Malgré les critiques qui s’abattent sur lui, malgré une gestion jugée parfois erratique de la crise sanitaire, malgré la contestation sociale exprimée lors de la crise des Gilets jaunes, le Président de la République est toujours donné premier dans les sondages pour le premier tour. Pis, sa cote de popularité reste stable à 40%.
"Emmanuel Macron a su se sortir de ces crises, sans forcément les régler. Lors de la crise des Gilets jaunes, qui dit beaucoup de choses sur l’état de nervosité du pays, il a lancé le fameux “Grand débat national”. Avec le recul, on se rend compte qu’il n’en est pas ressorti grand-chose, pour ne pas dire rien! Mais cette initiative a permis de faire retomber la pression politique et la tension sociale", illustre Guillaume Tabard.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала