Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Interpellation du preneur d'otages à Paris, la seconde victime libérée

© SputnikUn homme muni d'une arme blanche a pris deux femmes en otage dans le secteur d'Aligre, Paris, le 20 décembre 2021
Un homme muni d'une arme blanche a pris deux femmes en otage dans le secteur d'Aligre, Paris, le 20 décembre 2021 - Sputnik France, 1920, 21.12.2021
S'abonner
La longue prise d'otages à Paris vient de prendre fin. Retenue pendant plus de 17 heures, l'otage d'un forcené a été libérée par la police. Celui-ci a été interpellé, l'opération s'est déroulée sans faire aucun blessé.Введите сообщение
L'individu qui retenait depuis lundi après-midi deux femmes, une mère et sa fille, dans une boutique du XIIe arrondissement de Paris a été interpellé, a annoncé la police et Gérald Darmanin, précisant que l'intervention de police n'avait fait aucun blessé. La seconde otage a également été libérée.

Déroulement des faits

La prise d’otages a commencé vers 15h30 lundi 20 décembre dans une quincaillerie de la rue d’Aligre, dans l’est de la capitale.
Le forcené est un homme de 56 ans qui s’est présenté sous l’identité d’un ancien magistrat tunisien. Il a alors retenu deux femmes, dont la mère a été libérée peu avant 22h, a annoncé la préfecture de police sur Twitter.
Après avoir appris son profil psychiatrique, la police a rapidement écarté la piste terroriste. Dans le détail, l’individu avait harcelé une médecin du quartier à son cabinet médical, selon une source policière de l'AFP.
Après s'être introduit dans la boutique peu avant 15H30, l'homme avait d'abord demandé à "parler au ministre de la Justice", Eric Dupond-Moretti, selon la source policière. "A la suite de la prise d'otage dans le XIIe arrondissement, le ministre a évidemment fait savoir aux négociateurs qu'il se tenait à leur disposition", avait indiqué l'entourage du garde des Sceaux.
"Tout s'est fait en douceur et la victime va bien", a déclaré à Franceinfo une source proche du dossier. "Il a fini par entendre raison", a expliqué le préfet de police de Paris, lequel se trouvait sur place.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала