Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Vols d'avions-espions près de la frontière russe: un "échange de politesses" avec l'Otan

CC BY 2.0 / acebee / 167955 Boeing P-8A Poseidon US Navy VX-1Un avion espion P-8A Poseidon. Image d'archive
Un avion espion P-8A Poseidon. Image d'archive  - Sputnik France, 1920, 21.12.2021
S'abonner
Dans le contexte tendu entre l'Alliance de l'Atlantique Nord et la Russie, le gouverneur de l'enclave russe de Kaliningrad se veut serein face aux vols d'avions-espions de l'Otan qui se sont multipliés ces derniers temps.
La fréquence des vols d'avions-espions de l'Otan autour de l'oblast de Kaliningrad (enclave russe au bord de la mer Baltique, entre la Lituanie et la Pologne) a considérablement augmenté ces derniers temps, mais l'aviation russe fréquente également les zones frontalières de l'Otan, a indiqué à Sputnik le gouverneur de la région, Anton Alikhanov.
Le responsable répondait à la question de savoir s'il percevait comme une menace l'attention soutenue de l'Alliance pour cette zone.
"La fréquence a certes augmenté mais, à ce que je comprends, ils ne peuvent rien discerner de plus qu'ils ne le peuvent depuis l'espace. Il s'agit plutôt de vérifications à la frontière, pour savoir si nous réagirons vite, si nous les voyons ou pas. Un échange de politesses standard entre militaires", a-t-il précisé.

Des activités préoccupantes

Le ministère russe de la Défense fait régulièrement état de vols d'avions-espions de l'Otan près des frontières. Des chasseurs russes ont maintes fois escorté des aéronefs de l'Alliance qui tentaient de s'approcher.
L’Otan ne cesse de franchir des "lignes rouges", malgré les nombreux avertissements de Moscou, a déclaré Vladimir Poutine le 18 novembre en évoquant notamment ces vols. En outre, l’Alliance aggrave la situation par ses livraisons d’aéronefs en Ukraine, ses manœuvres militaires en mer Noire et en rapprochant ses installations militaires de la frontière russe.
M.Poutine a qualifié, ce mardi, ces actions de "sérieuse source de préoccupation". "En cas de maintien de la ligne très clairement agressive de nos collègues occidentaux, nous allons prendre des mesures militaires et techniques adéquates de représailles", a-t-il déclaré lors d'une réunion au ministère de la Défense.

Un dialogue se profile-t-il?

Moscou n’admettra pas le déploiement d’infrastructures de l'Otan en Ukraine et en Géorgie, a réitéré le chef de la délégation russe aux négociations sur la sécurité militaire à Vienne. Selon lui, il est probable que la compréhension de Washington sur les garanties de sécurité "sera obtenue, des contacts ont commencé". Cependant, d'après le département d’État américain, les propositions russes en matière de sécurité transmises récemment à Washington n’ont pas dissipé les préoccupations.
De son côté, en dressant ce 21 décembre le bilan de l’année, le ministre russe de la Défense Sergueï Choigou a souligné que le potentiel militaire des forces armées du pays avait augmenté de 12,8%.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала