Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le pass sanitaire sous la peau: une entreprise suédoise lance une micropuce ad hoc - vidéo

© AP Photo / STEVE MITCHELLUne micropuce (image d'illustration)
Une micropuce (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 22.12.2021
S'abonner
Une société suédoise spécialisée dans les technologies de pointe teste actuellement une puce électronique implantée sous la peau et destinée à lire rapidement le QR code Covid de son porteur. La puce ne nécessite pas de batterie et ne permet pas de localiser l’utilisateur.
Alors que le pass sanitaire devient une partie inaliénable de la vie quotidienne, une entreprise suédoise, DSruptive Subdermals, spécialisée dans les implants de micropuces, a mis au point un implant qui peut être inséré sous la peau pour stocker des informations sur le statut vaccinal de son porteur.
La puce peut être implantée entre le pouce et l’index de la main ou dans le bras. Il suffit de placer le bras sous un téléphone pour que le pass sanitaire s'active. En vue d’endiguer la propagation du variant Omicron, le gouvernement suédois a annoncé début décembre que des pass sanitaires seront requis pour tout événement de plus de 100 personnes.
Le pass "est toujours accessible pour moi ou pour toute autre personne qui veut me lire. Par exemple si je vais au cinéma ou dans un centre commercial, les gens pourront lire mon statut même si je n’ai pas mon téléphone sur moi", explique Hannes Sjoblad, le patron de la start-up auteur de l’innovation, dans une vidéo réalisée par l’AFP.
En outre, la procédure est "complètement réversible" et ne nécessite pas d'application téléphonique spéciale, explique-t-il dans une vidéo de Ruptly.

Les données sont sécurisées

Chose importante: la puce ne transmet pas de signal et n’a pas besoin de batterie. Les données personnelles des utilisateurs restent protégées, assure le patron de DSruptive Subdermals. Elle s’active uniquement au contact de capteurs, comme un lecteur ou un smartphone doté de la technologie NFC (Near fiel communications).
"Cela signifie qu’elle ne peut pas être activée pour connaître la position de la personne qui la porte, explique Hannes Sjoblad. Et ce qui est important pour moi, c’est que les personnes qui reçoivent ces implants le font sur la base du volontariat, ils sont curieux, ils veulent travailler avec ces nouvelles technologies".
Les implants ne sont actuellement pas disponibles à la vente, mais l’entreprise organise régulièrement des événements pour les personnes intéressées.

Une technologie qui gagne du terrain

Pour la Suède cependant, cette innovation n’a rien d’inhabituel, car les puces sous-cutanées sont déjà utilisées par des milliers d'habitants pour passer les portiques de sécurité ou en remplacement de leurs clés ou billets de transport. Selon Moa Petersen, chercheur en cultures numériques cité par Metro, environ 6.000 personnes y ont déjà eu une puce utilisée pour différents buts.
Plus tôt cette année, des chercheurs du Pentagone ont également dit travaillerà cette technologie en lien avec la propagation du Covid-19. Ils ont inventé une puce qui détecte le coronavirus dans l’organisme avant que les symptômes n’apparaissent.
La micropuce électronique, conçue il y a plus de 10 ans, peut également être utilisée pour effectuer des paiements, mais aussi comme bracelet de fitness.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала