Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Martin Hirsch compare l’Omicron à "un sniper qui, dès qu'il y a une cible devant lui, la tire"

© AFP 2021 GEOFFROY VAN DER HASSELTJean Castex
Jean Castex - Sputnik France, 1920, 22.12.2021
S'abonner
Alors qu’Olivier Véran s’attend à plus de "100.000 contaminations par jour d’ici à la fin du mois" en France, le directeur de l’AP-HP a rappelé que "c’est le moment où le virus explose" et a appelé à davantage de précautions parce que l’hôpital "se prépare au pire".
Face à l'évolution de l'épidémie de Covid-19 et l'arrivée du variant Omicron, "l'hôpital se prépare au scénario du pire" a déclaré le directeur de l’AP-HP, Martin Hirsch, sur Franceinfo ce mercredi 22 décembre.
"Les besoins sont importants et les bras manquent", a-t-il déploré, rappelant qu'il n'est plus possible comme lors de la première vague de compter sur des renforts extérieurs, venus de régions moins touchées. "L’Omicron est un sniper qui, dès qu'il y a une cible devant lui, la tire."
Le médecin a insisté sur le respect "complet" des gestes barrières, mettant en garde contre ces "moments où l'on est serré, sans masque, parce qu'on mange en se postillonnant dessus ou en respirant l'air que l'autre expire". Pour lui, l'ultime signification de l’amour en ce moment est de ne pas aller voir les gens "notamment quand ils sont fragiles, plus âgés, et sans être testé."
"Il vaut mieux rester à couvert, c'est assez simple", a indiqué le directeur de l'AP-HP en faisant une allusion au champ de bataille. "C'est comme quand vous êtes sous la mitraille, vous êtes sur un champ de tir, il ne vaut mieux pas traverser le visage découvert en se demandant si les 10 snipers vont vous tirer dessus".
Spoutnik V - Sputnik France, 1920, 22.12.2021
Covid-19
Le Spoutnik V et le Spoutnik Light assurent une réponse immunitaire efficace contre Omicron
Malgré une rhétorique alarmante, le médecin appelle à ne "pas croire que c'est une fatalité", parce qu'il n'est pas impossible que ce variant soit "à la fois beaucoup plus contagieux et peut-être un peu moins vicieux en termes de gravité de forme que les autres". Il a ajouté que la dose de rappel "semble efficace".

Borne demande de "renforcer le télétravail"

Toujours le 22 décembre, la ministre du Travail Élisabeth Borne a appelé les entreprises sur la matinale d'Europe 1 à "accélérer" le recours au télétravail:
"Je demande aux entreprises de se préparer dès maintenant à renforcer le télétravail à la rentrée, donc le 3 janvier, avec une cible de trois jours minimum pour les postes qui le permettent, voire quatre jours quand c'est possible".
Dans le même temps, l’entourage du Premier ministre "n’exclut pas d’aller plus loin", précise Le Point : "Si on doit revenir à un couvre-feu en janvier, on le fera, lâche un protagoniste invité chaque mardi au petit-déjeuner de la majorité à Matignon. Les Français attendent fermeté et célérité."

"100.000 contaminations par jour d’ici à la fin du mois"

Selon les derniers chiffres publiés mardi soir par Santé publique France, 72.832 nouveaux cas ont été enregistrés en 24h. La proportion de contaminations liées au variant Omicron s’établit pour l’heure à 20% en France et à "sans doute 30% ou 35% en Île-de-France", a estimé le ministre de la Santé lors d’une interview sur BFM TV et RMC.
L’Omicron devrait devenir majoritaire dans le nombre total de cas de contaminations "entre Noël et le Nouvel An", juge M. Véran. En raison de sa forte contagiosité, le nombre de contaminations devrait dépasser les 100.000 par jour d’ici à la fin du mois de décembre.
Gabriel Attal a évoqué à la sortie du Conseil des ministres ce mercredi une "situation critique". "Nous vivons le début d'une vague Omicron", a insisté le porte-parole du gouvernement.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала