Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Malgré près de 90% de vaccination "adéquate", le Québec retourne en confinement partiel

© AFP 2021 GEORGES GOBETUn patient reçoit une dose de vaccin
Un patient reçoit une dose de vaccin  - Sputnik France, 1920, 23.12.2021
S'abonner
Au Québec, le Premier ministre Legault a annoncé de nouvelles mesures sanitaires pour la période des fêtes. "Un coût social maintenant extrêmement élevé", dénonce l’avocat Hans Mercier. La goutte qui fait déborder le vase?
"Le gouvernement a trop crié au loup. Il y a un essoufflement dans la population et le gouvernement Legault pourrait finir par frapper son Waterloo*", analyse l’avocat Hans Mercier. Figure du mouvement critique des mesures sanitaires "abusives" au Québec, il estime que l’annonce de nouvelles restrictions par le gouvernement Legault risque d’engendrer une vague d’insatisfaction:
"Tout d’abord, on a dit aux gens que le vaccin était la liberté. Ensuite, on a voulu atteindre 70%, 80% puis 90% de taux de vaccination. Sans l’admettre, le gouvernement veut maintenant arriver à 100%. Les gens commencent à comprendre que la carotte est attachée au bout de la canne à pêche et qu’ils ne l’attraperont jamais", fustige l’avocat au micro de Sputnik.
Le gouvernement Legault a toujours bénéficié d’un haut taux de popularité depuis le déclenchement de l’état d’urgence.

Un record de vaccination insuffisant

D’après un sondage Léger, le parti du Premier ministre québécois, la Coalition Avenir Québec, aurait récolté environ 46% d’appuis si une élection avait lieu début décembre. Une lune de miel qui pourrait prendre fin incessamment puisque le 22 décembre dernier, le Premier ministre Legault a en effet décrété de nouvelles mesures sanitaires.
Des annonces faites dans le but de prévenir la hausse des hospitalisations dues au variant Omicron. Pourtant, près de 90% des Québécois de 12 ans et plus sont "adéquatement vaccinés", selon les données compilées par l’Institut national de santé publique du Québec.
"Les prochaines semaines vont être critiques. […] On va passer une très dure épreuve. […] Les mesures que l’on annonce ce soir, on pense que c’est suffisant pour garder le contrôle dans les hôpitaux, mais on ne va pas hésiter dans les jours à venir, si c’est nécessaire, à ajouter d’autres dispositions", a averti François Legault en conférence de presse.
Selon Hans Mercier, le "coût social" des restrictions imposées par le gouvernement Legault surpasse désormais nettement leurs bienfaits en matière de santé publique.

Le Québec, champion des restrictions en Amérique du Nord?

Pilotant une poursuite contre l’obligation du passeport vaccinal toujours en cours, l’avocat estime également que cette mesure a créé un "faux sentiment de sécurité". Une impression erronée qui a pu contribuer à la remontée des cas de Covid.
"Le risque zéro est en train de tuer la société. Ce que l’on voit au Québec, c’est que la fragilité du système de santé est encore plus problématique que la pandémie elle-même, c’est un système archaïque. […] Au Québec, il y a une confiance aveugle envers le gouvernement alors qu’il y a tellement eu d’incohérences et de manque de transparence dans les mesures", dénonce-t-il.
À partir du 26 décembre, un maximum de six personnes pourra se trouver dans une résidence privée, ou un maximum de deux bulles, c’est-à-dire deux groupes de personnes vivant à la même adresse.
Les 24 et 25 décembre, dix personnes seront toujours tolérées à l’intérieur des domiciles à l’occasion des dîners de Noël, tel qu’annoncé antérieurement, mais les rassemblements restent fortement déconseillés par Québec. Les restaurants pourront rester ouverts entre 5h et 22h, mais pas plus de six personnes par table pourront être servies.
Lors de son dernier point de presse, le Premier ministre Legault a réitéré qu’il était conscient du fait que la Belle Province avait, selon lui, appliqué les mesures sanitaires "les plus sévères" d’Amérique du Nord. Pour Hans Mercier, cette réalité pourrait même motiver des Québécois à s’exiler:
"Le Québec aura un coût social extrêmement élevé parce que les mesures auront été parmi les plus restrictives du continent. Il y a des impacts majeurs sur la santé mentale et la cohésion sociale. […] Si je me fie à des témoignages que je reçois, de nombreux Québécois envisagent de quitter le territoire pour aller s’établir ailleurs."
*Expression québécoise signifiant "subir un échec".
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала