Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Lavrov met en garde contre l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan en invoquant des risques militaires

© Sputnik . Ekaterina Tchesnokova / Aller dans la banque de photosSergueï Lavrov
Sergueï Lavrov - Sputnik France, 1920, 24.12.2021
S'abonner
Alors que la Russie et les États-Unis œuvrent à des pourparlers sur la sécurité, le chef de la diplomatie russe prévient que l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan pourrait engendrer de graves risques de guerre. D’autant plus que les prises de position inamicales des États-Unis créent un climat toxique dans les relations bilatérales.
Dans une interview accordée au quotidien bosniaque Oslobodjenje, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a évoqué les risques militaires liés à l’éventualité de l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan et à l’apparition de missiles le long de la frontière russe.
La même préoccupation a été exprimée par Vladimir Poutine lors de sa grande conférence de presse le 23 décembre. Il a indiqué qu’il était impossible de vivre en s’attendant constamment à ce que l’Ukraine - que l’Occident ne cesse de militariser - décide de régler le conflit dans le Donbass par la voie armée.
"La politique visant à pousser Kiev à adhérer à l’Otan, qui cache la perspective de l’apparition de missiles offensifs près de nos frontières, crée des menaces inacceptables à la sécurité de la Russie", a-t-il déclaré.

Risque d’un conflit d’envergure

Le ministre signale que cette situation pourrait provoquer un conflit d’envergure en Europe.
"Moscou juge nécessaire de baisser le niveau de la confrontation résultant du fait que Washington parraine ses protégés ukrainiens", a-t-il ajouté.
Cette confrontation est, selon lui, attisée par une position hostile de Washington.
"Les Américains appliquent ouvertement une politique inamicale. Ils introduisent des sanctions, nous accusent sans fondement et entreprennent d’autres démarches hostiles. D’où un climat toxique qui empêche de mener calmement des contacts professionnels."
M.Lavrov a rappelé que l’entretien en visioconférence entre Vladimir Poutine et Joe Biden le 7 décembre "a permis d’inventorier les résultats des accords obtenus lors du sommet de Genève" de juin dernier.

Préoccupations de Moscou

Il a indiqué qu’une place prépondérante dans cet entretien avait été accordée à la crise ukrainienne et à l’absence de progrès dans l’accomplissement des accords de Minsk sur le Donbass.
"Le Président russe Vladimir Poutine a cité des exemples concrets pour illustrer la politique destructrice de Kiev visant à démanteler les accords de Minsk et du format Normandie. Il a exprimé sa profonde préoccupation pour les actions provocatrices de l’Ukraine à l’encontre du Donbass", a précisé le ministre.
Lors de sa conférence de presse jeudi, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie avait besoin de garanties de sécurité et que l’élargissement de l’Otan vers l’est devait être stoppé.
"C’est pourquoi nous avons posé la question sans ambages: aucune progression de l’Otan vers l’est ne doit avoir lieu", a-t-il prévenu.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала