Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Washington ne serait pas disposé à accepter toutes les propositions russes sur l’Otan

© Photo Flickr/Mark Skrobola Maison-Blanche (archive photo)
 Maison-Blanche (archive photo) - Sputnik France, 1920, 24.12.2021
S'abonner
Alors que Vladimir Poutine a confirmé lors de sa grande conférence de presse annuelle de jeudi que ses partenaires américains étaient disposés à entamer des pourparlers sur la sécurité dès le début de l’année prochaine, la porte-parole de la Maison-Blanche a fait savoir que Washington n’accepterait pas certaines propositions russes.
La Maison-Blanche anticipe déjà la position américaine pour les pourparlers sur la stabilité stratégique entre la Russie et les États-Unis qui sont prévus au mois de janvier et ont été évoqués par le Président russe lors de sa grande conférence de presse du jeudi 23 décembre.
Selon la porte-parole de la présidence américaine Jen Psaki, les États-Unis ne sont pas disposés à accepter les propositions russes sur l’Otan.

Les pourparlers sont la meilleure voie

"Nous travaillons à des pourparlers diplomatiques. Il y a eu des propositions avancées par les Russes - certaines avec lesquelles nous serions d'accord, d'autres avec lesquelles nous ne serions certainement pas d'accord. Évidemment, l'Otan en est un bon exemple", a-t-elle déclaré lors d’un point de presse le 23 décembre.
Faisant référence aux propos de Vladimir Poutine qui, selon elle, "a déclaré qu’il était encouragé par le fait qu’il y ait des projets de pourparlers diplomatiques en janvier", Jen Psaki a reconnu que ceux-ci sont une bonne solution.
"Nous pensons également que c'est la meilleure voie et une bonne voie à suivre."

Moscou insiste sur des garanties pour aujourd’hui et l’avenir

Le sujet a été lancé lors de la visioconférence de Vladimir Poutine et Joe Biden le 7 décembre. Dix jours plus tard, Moscou a publié des projets d’un traité avec les États-Unis et d’un accord avec l’Otan sur les garanties de sécurité. Les textes renfermaient des clauses sur le non-déploiement de missiles intermédiaires à distance de frappe des territoires de chacun, les garanties de sécurité en Europe et la non-extension de l’Otan aux ex-républiques soviétiques.
Vladimir Poutine a souligné lors de sa conférence de presse que les actions de Moscou ne dépendraient pas du déroulement des pourparlers, mais des garanties inconditionnelles de la sécurité de la Russie "aujourd’hui et dans une perspective historique".
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала