Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Ce que les études disent sur l’efficacité du rappel vaccinal contre l’Omicron

© REUTERS / DADO RUVICOmicron SARS-CoV-2
Omicron SARS-CoV-2 - Sputnik France, 1920, 25.12.2021
S'abonner
Le schéma vaccinal complet ne permet pas de se protéger contre l’Omicron, révèlent des études menées par divers instituts britanniques. Cependant, le rappel vaccinal semble augmenter l’efficacité jusqu’à 70-80%, avant une diminution au bout de la dixième semaine après l’injection.
Hautement contagieux, le variant Omicron arrive à dépasser l’immunité après un schéma vaccinal complet. La troisième dose semble augmenter le niveau de protection, mais sa durabilité laisse planer des doutes, selon de récentes études britanniques.
Six mois après la deuxième injection, les vaccins de Pfizer, AstraZeneca et Moderna ne protègent plus contre les formes symptomatiques suscitées par l’Omicron, à en juger par les données relayées dans un rapport de l’agence sanitaire UKHSA (UK Health Security Agency), publié le 23 décembre. L'étude comprend 147.597 cas de Delta et 68.489 cas d’Omicron. Pour les trois vaccins, l’efficacité était autour de zéro.
En cas de vaccination avec Pfizer, la troisième dose remonte son efficacité à 70%, laquelle a tendance à diminuer un mois après l’injection jusqu’à 45% au bout de la dixième semaine après le rappel. Deux doses d’AstraZeneca et un rappel de Pfizer augmentent aussitôt la protection jusqu’à près de 50% avant de chuter jusqu’à 35% vers la dixième semaine.

Moins d’hospitalisations?

Le risque d'hospitalisation apparaît réduit par rapport au variant Delta, poursuivent les chercheurs. Selon les données disponibles au 20 décembre, parmi ces personnes infectées par l’Omicron et comptabilisées, 132 d’entre elles ont été admises ou transférées aux services d'urgence.. Parmi celles-ci, 17 (12,9%) avaient reçu une dose de rappel, 74 (56,1%) une deuxième dose et 27 (20,5%) n'ont pas été vaccinées.
Pour l’heure, ces données sont insuffisantes pour analyser l'efficacité du vaccin contre l'hospitalisation:
"Notre dernière analyse montre un signal précoce encourageant selon lequel les personnes qui contractent le variant Omicron peuvent courir un risque d'hospitalisation relativement plus faible que celles qui contractent d'autres variants. Cependant, il convient de noter à la fois qu'il s'agit de données préliminaires et que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats", a déclaré la Dr Jenny Harries, directrice générale de l'UKHSA, citée par le gouvernement britannique.

"Une menace majeure"

Les chercheurs de l’Imperial College de Londres ont abouti à des conclusions relativement similaires. Avec les données des cas positifs au coronavirus détectés entre le 29 novembre et le 11 décembre 2021, ils ont révélé un risque significativement accru de contracter cette nouvelle souche en dépit de l’immunisation.
L’efficacité des vaccins contre l'infection symptomatique à l’Omicron a été estimée entre 0% et 20% après deux doses, et entre 55% et 80% après une dose de rappel.
"Ce niveau d'évasion immunitaire signifie que l'Omicron constitue une menace majeure et imminente pour la santé publique", conclut Neil Fergusson, professeur de l’Imperial College de Londres.
Par ailleurs, les chercheurs ont également observé une réduction de 20 à 25% dans tout type d'hospitalisation pour l’Omicron en comparaison avec le Delta.
Une étude réalisée par l’université d’Édimbourg et publiée le 22 décembre suggère elle aussi une diminution du risque d’hospitalisation, quoique ses estimations divergent des précédentes:
"L’Omicron est associé à une réduction de deux tiers du risque d'hospitalisation pour Covid-19 par rapport au Delta", écrivent les chercheurs, après avoir analysé 23.840 cas d'Omicron et 126.511 cas de Delta.

Pas de protection contre la transmission

Dans une interview accordée au Monde et publiée le 19 décembre, le PDG de BioNTech Ugur Sahin a estimé que même les triples vaccinés pouvaient transmettre le virus. Afin de contrer la menace, il a recommandé de tester massivement et de respecter les mesures de protection, alors que le variant Omicron devient dominant.
Le 24 décembre, la France a annoncé un nouveau record de contaminations (94.124) recensées en 24h. Au moins 113 personnes supplémentaires ont été hospitalisées, dont 46 en réanimation. 167 sont décédées. Au total, 16.173 personnes sont actuellement hospitalisées pour cause de Covid-19 et 3.254 en soins intensifs.
La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande dans un avis publié le 24 décembre de réduire à trois mois le délai entre la primovaccination contre le Covid-19 et le rappel. De plus, elle prescrit d'élargir la campagne de rappel aux adolescents fragiles, afin de tenter de freiner la propagation du variant Omicron.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала