Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
 - Sputnik France, 1920, 12.01.2022
Garanties de sécurité
Des consultations entre la Russie et les États-Unis et la Russie et l'Otan consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité se sont déroulées en janvier 2022 à Genève et Bruxelles.

Moscou dément les déclarations US sur la teneur des futurs entretiens Russie-Otan

© Sputnik . Maxim Blinov / Aller dans la banque de photosMinistère russe des Affaires étrangères
Ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik France, 1920, 26.12.2021
S'abonner
Le ministère russe des Affaires étrangères dément les déclarations des États-Unis et d’autres pays qui excluent que l’élargissement de l’Otan vers l’Est soit examiné lors des prochains entretiens sur les garanties de sécurité entre la Russie et l’Otan.
La nécessité d’arrêter l’élargissement de l’Otan vers l’Est et d’éviter le déploiement d’armes offensives près des frontières russes est l'une des questions clés des entrevues que la Russie entend mener avec les États-Unis et l’Otan, a assuré le 25 décembre la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.
"Ceux qui n'ont pas encore saisi le sens de la position russe devraient se faire une idée claire à ce sujet", a-t-elle indiqué.
Elle a ainsi démenti les déclarations des représentants des États-Unis et de certains autres pays occidentaux qui avaient affirmé que ces dossiers ne figureraient pas à l’ordre du jour.

Élargissement de l’Otan

L’élargissement de l’Otan, effectué en violation des promesses orales faites par l’Occident dans les années 1990, préoccupe la Russie. Le Président des États-Unis George H.W.Bush avait assuré son homologue soviétique Mikhaïl Gorbatchev que jamais l’Otan ne s’étendrait plus avant vers l’Est. Or, une trentaine d’années plus tard, l’Alliance est arrivée aux frontières russes. Les adhésions successives d'États d’Europe de l’Est, notamment en 1999 puis en 2004, ont rapproché dangereusement l’Otan de Moscou. Aussi, la possible intégration de l’Ukraine constitue-t-elle une réelle ligne rouge pour le Kremlin.
Le 21 décembre, Vladimir Poutine a promis "des mesures militaires et techniques" en représailles si l’Otan maintenait sa politique agressive. Il a souligné que si les infrastructures de l’Alliance étaient implantées en Ukraine, le temps de vol des missiles serait réduit à sept minutes, et celui des armes hypersoniques à cinq, soit un défi majeur pour son pays.
"Les États-Unis sont venus chez nous avec leurs missiles. Ils sont déjà sur le pas de notre porte", a rappelé le dirigeant russe, invitant les Américains à réfléchir à ce qu'il adviendrait si la Russie plaçait des engins à la frontière des États-Unis avec le Canada ou le Mexique.

Risque de guerre à la frontière russo-ukrainienne?

Ces derniers temps, les pays occidentaux accusent de plus en plus souvent Moscou de préparer une "invasion" de l'Ukraine. La Russie dément, soulignant que personne n'est menacé et qu’un mouvement de troupes sur son propre territoire ne devrait déranger personne. Le Kremlin a noté à plusieurs reprises que de telles déclarations servaient de prétexte pour déployer davantage d'équipements et de forces de l'Otan aux frontières russes ainsi que pour militariser l’Ukraine.
Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a prévenu le 24 décembre, dans une interview au quotidien bosniaque Oslobodjenje, que l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan pourrait engendrer de graves risques de guerre et évoqué les réactions militaires liées à l’apparition de missiles le long de la frontière russe. Vladimir Poutine avait exprimé la même préoccupation lors de sa grande conférence de presse le 23 décembre.
Le 24 décembre, un représentant du gouvernement allemand a annoncé à des médias internationaux que Moscou et Berlin étaient parvenus à fixer une date, "début janvier", pour s’entretenir dans le cadre des efforts d'apaisement de la crise russo-occidentale autour de l'Ukraine. Selon la même source, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Président russe Vladimir Poutine ont validé le principe de cette rencontre, qui insiste sur la nécessité d'une "désescalade" dans la région, lors de leur conversation téléphonique du 23 décembre.

Propositions russes sur les garanties de sécurité

Le 17 décembre, Moscou a présenté des projets d’ententes avec les États-Unis et avec l’Otan qui contiennent, entre autres, des clauses sur les garanties de sécurité réciproques en Europe et le non-déploiement de missiles de courte et moyenne portée à distance de tir de l’autre partie. Aux termes de l’accord, l’Otan devrait renoncer à s’élargir à l’Est, et notamment à intégrer les anciennes républiques soviétiques.
Si l’Occident ne réagit pas à ces propositions, il provoquera un nouveau cycle de confrontations, a déclaré à Sputnik le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.
Le premier volet des entretiens sur les garanties de sécurité pourrait se dérouler en janvier 2022, a récemment annoncé le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала