Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie qualifie de "kamasutra politique" la nouvelle approche de l’UE à son égard

© Sputnik . Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères / Aller dans la banque de photosSergueï Lavrov (archive photo)
Sergueï Lavrov (archive photo) - Sputnik France, 1920, 27.12.2021
S'abonner
Le chef de la diplomatie russe qualifie de parodie de bon sens les récentes propositions de Kiev sur le Donbass, tout en rappelant que les partenaires de Moscou, dont la France, ne se montrent pas trop enclins à encourager la mise en œuvre des accords de Minsk qui pourraient régler la crise.
La "chorégraphie" des nouveaux principes de l’UE à l’égard de la Russie, notamment en ce qui concerne les appels de Bruxelles relatifs à la crise en Ukraine, rappelle un "kamasutra politique", a déclaré ce lundi 27 décembre Sergueï Lavrov dans une interview à la chaîne YouTube Soloviev Live.
En 2016, l’UE a adopté cinq principes directeurs de ses relations avec la Russie à l’initiative de la Haute représentante pour les affaires extérieures Federica Mogherini. Ces principes font notamment de la mise en œuvre des accords de Minsk sur le conflit dans l’est de l’Ukraine la condition préalable essentielle à l’amélioration des relations de Bruxelles avec Moscou, a rappelé le ministre.
Mais, "celui qui a lu les accords de Minsk, comprendra qu’il s’agit d’une schizophrénie politique", à son avis.
Josep Borrell, successeur de Mme Mogherini, a d’abord souhaité mener une nouvelle politique vis-à-vis de Moscou, qui serait constructive, et renoncer aux cinq principes de 2016.
Mais lorsqu’il "a préparé sa nouvelle initiative, le Conseil européen a finalement décidé de maintenir les cinq principes de Mogherini […] et a solennellement proclamé une nouvelle approche +Repousser, retenir et engager+ [la Russie, ndlr]. J’imagine la chorégraphie de tout cela. Ceci, excusez-moi, est un kamasutra politique", a estimé M.Lavrov.

"Dix mesures" soutenues par Paris, une "parodie de bons sens"?

Après la fermeture de trois chaînes de télévision en Ukraine décidée "d’un seul coup de plume de Zelensky" et en violation de tous les engagements pris par Kiev dans le cadre de l’OSCE, du Conseil de l’Europe et de l’Unesco, "les Français ont déclaré que cette décision était conforme à la législation ukrainienne", a rappelé le ministre russe.
"À présent, alors qu’ils insistent sur une rencontre au format Normandie et lorsque Zelensky -et eux aussi- commencent à faire la promotion desdites +Dix mesures+ présentées début décembre […], c’est une parodie de bon sens", poursuit le ministre russe.
Le document présenté par le Président Volodymyr Zelensky début décembre au format Normandie, aux États-Unis et au Groupe de contact "réclame l’entrée en vigueur urgente du cessez-le-feu, s’adressant à la Russie et au Donbass".
Or Kiev n’a pas officiellement ordonné à ses forces d’arrêter le feu lorsqu’une entente en ce sens est intervenue en juillet 2020, alors que les Républiques autoproclamées de Lougansk et de Donetsk ont immédiatement publié les ordres appropriés, rappelle M.Lavrov.
Lorsque l’Ukraine a finalement publié un document sur le cessez-le-feu, le commandant en chef de ses forces armées a publiquement déclaré que ce texte n’était pas applicable puisque les chefs d’unités ukrainiennes sur place "décidaient eux-mêmes quand ils allaient ouvrir le feu et qui prendre pour cible".

Qui sape les accords de Minsk?

Signés en 2015 par le Groupe de contact pour le règlement du conflit dans le Donbass (Ukraine, Russie, OSCE), les accords de Minsk constituent la base du règlement de ce conflit. Le processus de négociation est actuellement dans l'impasse puisque Kiev refuse de respecter les "clauses politiques" des accords. L’Ukraine refuse notamment de discuter directement avec les Républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.
"Nous avons demandé aux Français: qu’en est-il de l’obligation de discuter avec Donetsk et Lougansk, conformément aux accords de Minsk? Ils nous ont dit qu’ils ne voyaient rien dans les accords de Minsk qui parlerait de consultations avec +ces séparatistes+. C’est en ces paroles qu’ils ont répondu", a noté M.Lavrov.
Toutefois, Moscou ne souhaite pas que ces accords soient détruits. Il est prêt à tenir une rencontre au format Normandie (Allemagne, France, Russie, Ukraine) si ses partenaires occidentaux, qui ne veulent que des discussions vides au lieu de pousser Kiev à respecter les ententes, "arrêtent de faire l'imbécile".
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала