Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les dates de tenue des dialogues stratégiques entre la Russie et les États-Unis précisées

© Sputnik . Sergueï Gouneïev / Aller dans la banque de photosRencontre de Vladimir Poutine et Joe Biden à Genève
Rencontre de Vladimir Poutine et Joe Biden à Genève - Sputnik France, 1920, 28.12.2021
S'abonner
Trois réunions d’envergure avec la participation de la Russie sont prévues les 10, 12 et 13 janvier: les pourparlers avec les États-Unis, les négociations avec l’Otan et enfin celles avec l’OSCE. Le sujet principal sera la situation à la frontière russo-ukrainienne. Moscou mettra en avant ses propositions pour une désescalade des tensions.
Un agenda bien chargé. Les dates des pourparlers entre Moscou et Washington ont été précisées. Des représentants russes et américains discuteront des questions sécuritaires le 10 janvier, rapportent Reuters et l’AFP, citant des sources au sein de l’administration américaine.

"Les États-Unis ont hâte d'engager un dialogue avec la Russie", a confié sous couvert d’anonymat le 27 décembre à l'AFP un porte-parole de la Maison-Blanche chargé des questions de sécurité.

Cette rencontre se tiendra dans le cadre du dialogue stratégique de sécurité lancé par les Présidents Poutine et Biden lors de leur sommet à Genève en juin. Les négociations porteront sur la situation à la frontière russo-ukrainienne, ainsi que sur les questions de contrôle de l’armement.

"Quand nous nous assoirons pour discuter, la Russie pourra mettre ses inquiétudes sur la table, et nous poserons aussi les nôtres à propos des activités russes", a ajouté auprès de Reuters le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, toujours sous couvert de l’anonymat.

L’ordre du jour proposé par la Russie

La Russie a déjà remis aux États-Unis des propositions concernant l'ordre du jour des négociations, a fait savoir ce 28 décembre le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov. Ainsi, les discussions devraient porter sur les projets d'accord de sécurité avec les États-Unis et l'Otan, récemment publiés par la Russie.
Le vice-ministre a qualifié d’"abstraction" les propos d’un porte-parole de l’administration américaine sur l’ordre du jour de la rencontre, relayés par Reuters et l’AFP.

"Nous découvrons les propos de représentants anonymes de l'administration américaine qui font part d’une discussion à la fois sur l'Ukraine et sur le contrôle des armements. Qu'est-ce que le contrôle des armements? C'est une sorte d'abstraction", avance-t-il.

Quant au lieu des discussions, Vladimir Poutine avait déjà déclaré le 26 décembre qu’elles se tiendraient à Genève.

Négociations avec l’Otan puis l’OSCE

Les pourparlers avec les États-Unis seront suivis par ceux avec l’Otan le 12 janvier à Bruxelles. La tenue de la rencontre a été annoncée le 26 décembre par Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, et confirmée le lendemain par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. La partie russe a insisté sur la nécessité d’une participation directe de militaires.

"Il est extrêmement important pour nous de recevoir la confirmation de l'Otan sur la participation de hauts gradés lors de l'événement du 12 janvier à Bruxelles", a insisté le vice-ministre russe des Affaires étrangères, ajoutant qu’il est important pour Moscou que "les militaires aient une conversation professionnelle".

Enfin, le 13 janvier est prévue une rencontre entre la Russie et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), selon l’administration américaine. Les réunions avec l’Otan et l’OSCE devraient concerner l’Ukraine.

Propositions russes

Dans le contexte des fortes tensions ces derniers mois au sujet de l’Ukraine et de l’élargissement de l’Alliance à l’est, le 17 décembre la Russie a dévoilé deux textes pour mettre un terme à l’escalade. Ces documents proposent de stopper l’élargissement de l’Otan, notamment vers les anciennes républiques de l’Union soviétique, et d’exclure l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan.
Selon Washington, la Russie a massé plus de 100.000 soldats aux frontières de l'Ukraine. Moscou nie toute intention belliqueuse, déclarant que ces mouvements de troupes sont de nature purement défensive, et dénonçant le comportement agressif de Kiev et des Occidentaux.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала