Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Plein feu sur les récentes découvertes archéologiques au Maroc

© Photo Pixabay / Jumbuk73Archéologie (image d'illustration)
Archéologie (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 31.12.2021
S'abonner
Les participants à une conférence organisée jeudi 30 décembre à Oujda par la Faculté des sciences relevant de l’université Mohammed Ier, ont fait la lumière sur les récentes découvertes archéologiques faites au Maroc.
À cette occasion, Abderrahim Mouhib, chercheur en archéologie préhistorique à la direction provinciale de la Culture de Kénitra, a donné un aperçu global des premières traces d'occupation humaine au Maroc qui ont été découvertes récemment.
Dans cette conférence, qui avait pour titre "La plus ancienne référence d'occupation humaine au Maroc à travers les récentes recherches sur le terrain", M.Mouhib a souligné que ces vestiges avaient été mises au jour au niveau de la ville de Casablanca.
Ces sites archéologiques, notamment "Thomas I", ont permis d’étudier la présence humaine en ces lieux il y a 1,3 millions d'années, a-t-il ajouté, précisant qu’il s’agissait de la plus ancienne trace d’occupation humaine aussi au nord de l’Afrique.
Le chercheur a souligné que ces fouilles ont permis également d'identifier un cadre chronologique régional de la population de l'époque, qui renvoie à plusieurs périodes géologiques identifiées dans les couches rocheuses de Casablanca.
La ville, est ainsi désormais la première référence nationale en matière d’étude de l’occupation humaine au Maroc, a-t-il affirmé.
Pour sa part, le doyen de la Faculté des sciences d'Oujda, Ismaïl Radi, a relevé que la région de l’Oriental regorgeait de potentialités archéologiques importantes et de trésors archéologiques d’une grande valeur, non seulement pour la circonscription, mais aussi pour tout le Maroc.
Il a ajouté que la Faculté, qui se trouve au cœur de cet important patrimoine culturel et archéologique, ne pouvait que s'ouvrir et interagir avec cette réalité, soulignant que l'établissement comptait une équipe engagée dans la recherche géologique et archéologique auteur de multiples découvertes qui contribueront à faire connaître le patrimoine et la culture du Maroc, ainsi que son histoire.
De son côté, Abdelmalek Azizi, directeur du Pôle des études doctorales à Mohammed Ier, a relevé que cette conférence s'inscrivait dans le cadre des Journées doctorales de l'université, qui constituent une opportunité pour les doctorants de se pencher sur des recherches importantes et de présenter leurs travaux de recherche.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала