Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Je pense sérieusement à te décapiter": la porte-parole du parti d’Édouard Philippe menacée de mort

© AFP 2021 LOU BENOISTAgnès Firmin-Le Bodo et Édouard Philippe
Agnès Firmin-Le Bodo et Édouard Philippe  - Sputnik France, 1920, 02.01.2022
S'abonner
Dans le sillage de nombreux cas de menaces de mort envers des élus signalés ces derniers temps, poussant Richard Ferrand à planifier un "point complet" avec Gérald Darmanin et Éric Dupond-Moretti, la députée de la Seine-Maritime Agnès Firmin-Le Bodo, a reçu par mail un message d’un auteur anonyme qui se dit "prêt à venir trancher sa tête".
La députée de la Seine-Maritime, également porte-parole du nouveau parti d'Édouard Philippe, Agnès Firmin-Le Bodo a annoncé avoir été menacée de mort par mail. Elle a partagé ce dimanche 2 janvier sur Twitter la capture d’écran de ce message reçu d’un auteur anonyme.
Dans ce courriel, cette personne se déclare "prêt[e] à venir [lui] trancher la tête pour montrer [sa] fermeté face à [sa] dictature" en lui imputant une "collaboration". Pour ce faire, il assure avoir acheté "plusieurs couteaux" et prévoir "plus de matériel que nécessaire pour être sûr de ne pas rater [son] coup".
Pourtant, l’élue assure ne pas céder à ces menaces, appelant la classe politique dans son ensemble à prendre des mesures face à cette montée des violences envers les élus, car cela met en danger la démocratie française.

Climat de violence

Les violences envers les élus se multiplient ces derniers temps. Le 28 décembre, une cinquantaine de députés ont reçu par courriel des menaces de mort qui contenaient leurs adresses personnelles et leurs numéros de téléphone. Le lendemain, le garage personnel du député LREM de l’Oise Pascal Bois a été incendié dans la nuit à Chambly, et un mur d’enceinte de son domicile a été recouvert par des inscriptions hostiles possiblement liées au pass vaccinal.
Sur RTL, Richard Ferrand a fait état le 30 décembre de "plusieurs dizaines de plaintes" portées par "plusieurs dizaines de députés depuis quelques mois" et justifiées par "des messages informatiques menaçants, des menaces de mort, mais aussi des menaces physiques, avec des atteintes au domicile et à permanence des parlementaires".

"Les violences sont inadmissibles d'une manière générale dans une société démocratique mais envers les dépositaires de l'autorité publique, tout cela n'est plus supportable, même si tout le monde est à cran du fait des deux années que nous venons de vivre", ajoute le président de l'Assemblée nationale.

Il a annoncé son intention de faire un "point complet" avec Gérald Darmanin et Éric Dupond-Moretti pour "vérifier que les plaintes sont bien suivies de recherches et voir où en est la justice car les auteurs de ces méfaits doivent être sanctionnés".
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала