Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La justice norvégienne agite le risque que Breivik commette un nouveau crime à sa sortie

© AP Photo / Frank AugsteinAnders Behring Breivik (photo d'archives)
Anders Behring Breivik (photo d'archives) - Sputnik France, 1920, 02.01.2022
S'abonner
Il existe un danger imminent qu’Anders Breivik, reconnu coupable d'une attaque terroriste à Oslo en 2011, commette un crime grave s’il devait sortir de prison suite à sa demande de libération conditionnelle, selon l'accusation qui exhorte le tribunal à le maintenir dans sa geôle, relate le journal norvégien Dagsavisen.
Anders Breivik, condamné à 21 ans de prison pour avoir tué 77 personnes à Oslo en 2011, peut commettre un crime grave s’il quittait la prison, a déclaré ce dimanche 2 janvier la justice norvégienne citée par le journal norvégien Dagsavisen suite à une demande du tueur de masse Anders Breivik d’obtenir une libération conditionnelle..
"Après la fin de son emprisonnement, l'accusé est susceptible de conserver le désir et la capacité de commettre de nombreux meurtres très brutaux", indique la justice norvégienne.
Ce dernier a été reconnu coupable de l'attaque terroriste du 22 juillet 2011 qui a fait 77 morts et 151 blessés. Il a fait exploser une voiture devant le siège du gouvernement à Oslo, tuant huit personnes et en touchant des dizaines d'autres. Il s'est ensuite rendu à Utoya, où il a ouvert le feu sur le camp d'été de la section des jeunes du Parti travailliste, dont il considère la politique comme à l'origine de nombreux problèmes en Norvège.
Le tribunal d'Oslo a souligné qu’Anders Breivik avait exprimé derrière les barreaux sa volonté de poursuivre son combat, et qu'il pense que la violence est nécessaire pour atteindre ses objectifs politiques, relate le journal. Les juges, cités par le média, précisent, en se référant à l'évaluation des psychiatres légaux, que même après avoir purgé 21 ans de détention, l'accusé restera un homme très dangereux.
De plus, Randi Rosenqvist, qui est psychiatre de sécurité en prison et a rédigé plusieurs évaluations des risques concernant le tueur de masse, a à plusieurs reprises mis en garde contre le fait de faire confiance à Breivik, selon l'édition.
Dix ans après les massacres, le 22 juillet, à l'expiration de la période minimale de sa peine, le condamné pour terrorisme âgé de 42 ans a exercé son droit de demander sa libération conditionnelle.

Demandes précédentes de Breivik

En novembre, l’agence NTB a rapporté qu'un tribunal de la province norvégienne de Telemark avait tranché que la requête de libération conditionnelle du terroriste numéro un du pays serait traitée dans la prison plutôt qu'au tribunal.
En 2015, le criminel norvégien a intenté un procès contre l'État en invoquant une violation de ses droits. Sa demande a été partiellement satisfaite par le tribunal de district, mais la cour d'appel a annulé cette décision, notant qu'aucun des droits de l'Homme n'avait été violé pendant la détention de Breivik.

Et à l’issue de sa peine?

La justice l'a condamné à 21 ans de prison, en le déclarant coupable. Immédiatement après son arrestation, Anders Breivik a avoué les attentats, mais il ne se considère toujours pas comme coupable. Il a affirmé à plusieurs reprises qu'il avait commis ces attaques en état de légitime défense pour mettre fin au déclin de la culture norvégienne.
Selon la loi du pays, un détenu a le droit de demander une libération conditionnelle après huit ans.
Le bureau du procureur norvégien a déclaré qu'il n'était pas d'accord avec la libération conditionnelle et que les facteurs préalables à la réclusion de l’homme existaient toujours. Lorsque la durée totale de la peine d'emprisonnement a expiré, le tribunal est exceptionnellement habilité à la prolonger de cinq années supplémentaires un nombre illimité de fois.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала