Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Alain Policar: "L’assimilation est une sorte de rouleau compresseur qui abrase les différences"

© Photo Elionas2 / PixabayDrapeau France
Drapeau France - Sputnik France, 1920, 03.01.2022
S'abonner
Pour 2022, le candidat Zemmour s’est donné pour mission d’imposer ses thèmes de campagne aux médias. L’identité nationale en tête. L’occasion d’interroger avec Alain Policar le modèle assimilationniste et de se livrer au "procès de l’universalisme".
À quelques mois de l’élection présidentielle, le thème de l’identité s’invite dans les débats. Et pour cause, le candidat Éric Zemmour en a fait son cheval de bataille. Au nom de l’assimilation républicaine. Un modèle qui est l’objet aujourd’hui de nombreuses critiques. À l’exemple de celles qu’émet Jean-Luc Mélenchon qui milite de son côté pour une «créolisation» de la France.
Y a-t-il pourtant modèle plus universaliste que celui de l’assimilation? Invité de Sputnik donne la parole, Alain Policar, sociologue et chercheur associé au Cevipof, rejette ce postulat. L’assimilation reste selon lui, dans son fondement comme au regard de l’histoire, «une sorte de rouleau compresseur qui abrase les différences».
«Le modèle assimilationniste a mauvaise presse à mes yeux parce qu’il a servi à justifier ce qu’on appelait la mission civilisatrice de l’Occident, la colonisation, au nom d’une conception des valeurs universelles très eurocentrées», résume Alain Policar à notre micro.
Faut-il pour autant en finir avec l’universalisme, tentation d’une certaine gauche dite «woke», «décoloniale» ou «déconstructionniste»? Ce n’est pas le parti pris de notre invité, pour qui «l’uniforme et l’universel» ne doivent pas être confondus. Dans son dernier ouvrage, L’universalisme en procès (éd. Le Bord de l’eau), Alain Policar appelle à rompre avec un universalisme trop abstrait dans lequel se serait égarée la colonisation. Pour lui préférer un «universalisme latéral» ou «pluriel» par lequel «chaque peuple peut accéder à l’universel par ses propres moyens et selon sa propre histoire».
«L’universel ne suppose pas l’éradication des particularités. L’universel n’est pas un lieu vide sans qu’on tienne compte de nos appartenances», ajoute Alain Policar devant nos caméras.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала