Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Les bébés nés pendant la pandémie ont des scores de développement inférieurs, selon une étude

Un bébé - Sputnik France, 1920, 05.01.2022
S'abonner
La pandémie semble affecter le développement des enfants, ce qui pourrait être dû au stress ressenti par la mère lors de la grossesse, relate une étude publiée le 4 janvier. Pour éviter des conséquences indésirables, Olivier Véran recommande vivement aux femmes enceintes de se faire immuniser.
D’après une étude de scientifiques de l'université Columbia de New York publiée le 4 janvier dans la revue JAMA Pediatrics, les bébés nés pendant la première année de la pandémie ont obtenu des résultats en matière de développement des compétences sociales et motrices légèrement inférieurs par rapport à ceux nés juste avant. Ces résultats étaient les mêmes que la mère ait eu le Covid ou non.
Cette étude a inclus 225 bébés nés à New York entre mars et décembre 2020. Près de la moitié des mères ont contracté le Covid-19 à un moment donné de leur grossesse, bien que sous une forme légère ou asymptomatique.

"Ce n'étaient pas de grandes différences, ce qui signifie que nous n'avons pas constaté un taux plus élevé de retards de développement réels dans notre échantillon de quelques centaines de bébés, juste de petits changements dans les scores moyens entre les groupes", explique Dani Dumitriu, professeur adjoint de pédiatrie à Columbia et co-auteur de l'étude.

Le scientifique prévient que les résultats ne signifient pas nécessairement que cette génération sera amoindrie intellectuellement plus tard.
Il explique que, selon les résultats, "l'énorme quantité de stress ressentie par les femmes enceintes pendant ces périodes sans précédent peut avoir joué un rôle".

"Pourtant, ces petits changements méritent une attention particulière car au niveau de la population, ils peuvent avoir un impact significatif sur la santé publique. Nous le savons d'autres pandémies et catastrophes naturelles."

Une solution évoquée par le ministre de la Santé

Pour éviter les conséquences indésirables, Olivier Véran a une nouvelle fois appelé le 27 décembre les femmes enceintes à se faire vacciner en se faisant le porte-voix d’équipes de réanimation désespérées par l'arrivée dans leurs services de futures mères atteintes du Covid-19.

"On a depuis deux semaines plusieurs patientes hospitalisées pour Covid dans le service des grossesses à risque", a déploré le 1er janvier dans Le Journal du Dimanche Paul Guerby, gynécologue au CHU Purpan.

Cyril Huissoud, chef du service de gynécologie-obstétrique de l'Hôpital Femme Mère Enfant à Lyon et secrétaire général du Collège national des gynécologues, a expliqué quant à lui que "le virus attaque parfois la microcirculation placentaire et induit des lésions, qui peuvent entraîner un retard de croissance et une mort fœtale in utero très brutale."
En outre, Sylvie Epelboin, gynécologue au CHU de Bichat, à Paris, constate dans une étude une multiplication par 2,1 du risque de prématurité dite "spontanée" en plus d'une augmentation de la prématurité décidée par le corps médical.

"Les risques les plus classiques de la grossesse s'en trouvent augmentés dans leur ensemble: la pré-éclampsie et l'éclampsie, l'hypertension gestationnelle, l'excès de liquide amniotique, les hémorragies pendant ou après le travail et la détresse fœtale", alerte-t-elle auprès du JDD.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала