Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Deux agents de sécurité décapités au Kazakhstan, selon le commandement militaire

© Sputnik / Aller dans la banque de photosUne voiture de police renversée et endommagée par des manifestants à Almaty, janvier 2022
Une voiture de police renversée et endommagée par des manifestants à Almaty, janvier 2022 - Sputnik France, 1920, 06.01.2022
S'abonner
Les autorités kazakhes annoncent des centaines de victimes parmi les forces de l’ordre, qui affrontent des manifestants à Almaty. Deux corps d’agents ont été trouvés décapités.
Le bilan mortel des affrontements entre les forces de sécurité et des manifestants à Almaty se monte à 13 agents, dont deux avaient été décapités, a annoncé à Sputnik un porte-parole du commandement militaire de l’ancienne capitale et plus grande ville kazakhe.
"Treize agents sont morts, y compris deux cadavres qui ont été retrouvés décapités", a-t-il fait savoir.
Les autorités qualifient les actes de décapitation de "preuve directe du caractère terroriste et extrémiste des groupes organisés armés, qui ont attaqué Almaty".
Au total, les forces de l’ordre du pays décomptent pour l’instant 18 morts dans les troubles et 748 blessés, a annoncé dans la soirée le ministère de l’Intérieur pour actualiser le bilan.
Plus tôt ce 6 décembre, les forces de sécurité d’Almaty avaient annoncé avoir repoussé plusieurs assauts de casseurs contre des bâtiments de la police.

État d’urgence

Au Kazakhstan, la deuxième plus grande République ex-soviétique et neuvième pays du monde en termes de superficie, les festivités traditionnelles de début de cette nouvelle année ont été assombries par des troubles avec des protestations qui ont pour origine la hausse des prix du gaz.
Alors qu’ils ont initialement éclaté le 2 janvier à Janaozen, dans la région pétrolifère de Manguistaou, située dans le sud-ouest du Kazakhstan, les désordres ont ensuite gagné d’autres parties du pays pour prendre des formes particulièrement violentes à Almaty.
Lors des débordements dans la plus grande ville kazakhe le 5 janvier, des manifestants ont saccagé des magasins, fait irruption dans des établissements de santé et mis le feu aux bâtiments de la mairie, du parquet et de la résidence présidentielle.
Après avoir dissous le gouvernement, le Président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev a déclaré l'état d'urgence dans tout le pays.
Le chef d’État kazakh considère les troubles comme une agression extérieure et a demandé à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) de l'aider pour régler la situation.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала