Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ruffin dénonce la stratégie de "bouc-émissaire" de Macron

François Ruffin - Sputnik France, 1920, 06.01.2022
S'abonner
Ayant déjà essuyé une vague de critiques de la part de la droite, les propos d’Emmanuel Macron sur les non-vaccinés à "emmerder" ont fait aussi réagir François Ruffin. Dénonçant une stratégie du "bouc-émissaire", cet Insoumis a ironiquement remercié le Président d’être sincère avec les Français.
Le député insoumis François Ruffin a vivement critiqué le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal avant son adoption par l’Assemblée nationale le 6 janvier.
S’exprimant dans l’hémicycle, l’élu de la Somme a notamment accusé le ministre de la Santé de "mentir" depuis deux ans sur la crise sanitaire et les moyens destinés à la combattre. Dans ce contexte, il est revenu sur la récente interview d’Emmanuel Macron au Parisien, dans lequel le Président s’est dit déterminé à "emmerder" ceux qui refuseront de se faire vacciner.
"Décembre 2020: La vaccination ne sera pas obligatoire, ni pour prendre les transports en commun, ni pour entrer dans un restaurant. En juillet 2021 […] Si tout le monde est vacciné, il n'y aura plus de virus. […] Alors aujourd'hui je remercie le Président de la République pour la sincérité et pour avoir dévoilé sa stratégie: emmerder des Français. Mais ça ne fait pas des moyens pour lutter contre la crise. Et ça ne fait pas des moyens pour redonner confiance aux gens", a-t-il déclaré.
Mercredi, à l'antenne de RMC, il a également accusé le Président de "cacher la crise de l’hôpital derrière la crise Covid et les non-vaccinés" et de faire de ces derniers "des boucs émissaires" afin que "les gens se divisent en bas plutôt qu'ils regardent qui est le responsable du désarmement de l'hôpital en haut".
Des lits fermés
Dans un tweet publié jeudi, l’élu a tenu le Président responsable de la fermeture de 17.900 lits d’hôpitaux depuis 2017. Il convient de noter que le 24 décembre CheckNews a évoqué le même chiffre, lequel est issu de la Statistique annuelle des établissements de santé (SAE) réalisée chaque année par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).
CheckNews a pourtant souligné que ces suppressions s’inscrivent dans une tendance plus générale de réduction du nombre de lits d’hospitalisation complète. Comme l’indique la Drees, entre 2003 et 2019, ce nombre est passé de 468.000 à 393.000, soit décrut de l’ordre de 75.000.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала