Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Présidentielle 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Zemmour propose à Macron d’"emmerder les caïds et les trafiquants de drogue"

© AFP 2021 STEPHANE DE SAKUTINÉric Zemmour en conférence de presse, 4 janvier 2022
Éric Zemmour en conférence de presse, 4 janvier 2022
 - Sputnik France, 1920, 06.01.2022
S'abonner
Dénonçant le fait qu’Emmanuel Macron "instrumentalise cyniquement le Covid" et "clive" la population, Éric Zemmour estime sur Europe1 qu’avec son intention d’"emmerder les non-vaccinés", le Président de la République fait "un coup politique" pour détourner l’attention d’un véritable problème, l’"identité de la France".
Refusant de "tomber dans le panneau" et de faire "du Covid le sujet de la présidentielle", Éric Zemmour a proposé sur Europe 1 son analyse des propos polémiques du Président.
Disant vouloir "continuer à emmerder jusqu’au bout" les non-vaccinés dans son interview au Parisien, Emmanuel Macron fait un "coup politique" et "instrumentalise cyniquement le Covid pour deux raisons", croit le candidat du parti Reconquête.
"Il veut faire du Covid le sujet de la présidentielle pour pouvoir être tranquille, qu’on ne parle pas de son bilan, et surtout qu'on ne parle pas de l'identité de la France que j'avais réussi à imposer comme thème majeur de la campagne présidentielle à l’automne", a lancé Éric Zemmour face à Sonia Mabrouk.
Selon lui, le tempo qu’Emmanuel Macron a réussi à imposer "ne durera pas".

Organiser un clivage

En outre, a poursuivi le candidat du Reconquête, selon les sondages, "70% des Français considèrent qu’il vaut mieux sauver et protéger sa santé que défendre les libertés". Le Président, qui temporise toujours sa candidature, verrait donc "que 90% des Français approuvent le pass sanitaire, donc il clive et fait de la politique".
En effet, un récent sondage d’Elabe pour BFM TV et L’Express montre que les répondants sont divisés face aux propos du Président, 53% contre 47% se disant "choqués".

"Lâche avec les forts, cruel avec les faibles"

Sur Twitter, Éric Zemmour a jugé que tout au long de son mandat, le Président de la République était resté "lâche avec les forts, cruel avec les faibles":
"Emmanuel Macron a soigneusement refusé d’"emmerder" les racailles, les gangs, les apprentis djihadistes, les immigrés hors-la-loi, les antifas et les idéologues qui lavent les cerveaux de nos enfants."
Sur les ondes d’Europe 1, il a jugé que "la phrase la plus grave (de l’interview du Président. Ndlr) est lorsqu'il dit que les non-vaccinés ne sont pas des citoyens". Une formulation qui a "choqué" 48% des répondants du même sondage.
"Donc les terroristes qui tuent au Bataclan ce sont ses enfants, et en revanche les non-vaccinés ne sont pas citoyens?" s’est interrogé Éric Zemmour avant de poursuivre:
"J'aimerais bien qu'il emmerde d'autres gens comme les caïds, les trafiquants de drogue, les gens qui ont brûlé des voitures à la Saint-Sylvestre."
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала