Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Jean-Yves Le Drian nomme une condition pour la fermeture du Nord Stream 2

© Sputnik . Dmitry Lelchuk / Aller dans la banque de photosNord Stream 2
Nord Stream 2 - Sputnik France, 1920, 07.01.2022
S'abonner
Interrogé sur une éventuelle attaque de Moscou contre Kiev et ses possibles conséquences pour la Russie, le chef de la diplomatie française, invité de BFM TV et RMC, a promis des "conséquences stratégiques graves", dont la potentielle fermeture du Nord Stream 2.
En dépit des explications et démentis de Moscou, le spectre d'une éventuelle agression russe contre l'Ukraine continue de hanter les Européens. "Si la Russie envahit l'Ukraine, faut-il fermer le Nord Stream 2?" C'est la question qu'a notamment posée ce vendredi Jean-Jacques Bourdin à Jean-Yves Le Drian lors de leur entretien sur BFM TV et RMC.
"C'est d'abord une question allemande. À l'égard de cette position, la France a toujours marqué une grande réserve sur le Nord Stream 2. Mais si, d'aventure, il y avait une agression en Ukraine, cette question serait mise sur la table", a répondu le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.

Des accusations gratuites

La Russie a maintes fois rejeté les accusations de l'Occident et de Kiev de mener des "actions agressives" contre l'Ukraine. Moscou ne cesse de réitérer qu'il ne menace personne et n'a pas l'intention d'attaquer qui que ce soit. Selon le Kremlin, ces accusations gratuites sont utilisées comme prétexte pour déployer davantage de matériel militaire de l'Otan près des frontières russes.
"S'il y avait une agression supplémentaire à l'égard de l'Ukraine [de la part de la Russie], les conséquences stratégiques seraient graves", a réitéré le diplomate français face à Jean-Jacques Bourdin. "Cela n'empêche pas qu'il faut parler avec les Russes", a-t-il pourtant ajouté. Et le nouveau gazoduc est l'un des leviers, même s'il n'est pas le seul.

La Russie dans son droit

Face aux assertions avancées par l'Occident, qui se dit mécontent de la présence de troupes russes près de la frontière ukrainienne, le Kremlin avait expliqué avoir le droit de déplacer ses troupes à l'intérieur du pays où bon lui semblait. Cela ne menace personne et ne doit préoccuper personne, insistait Moscou.
Quant au gazoduc Nord Stream 2, qui relie la Russie à l'Allemagne en passant sous la mer Baltique et en contournant l'Ukraine, tant Kiev que Washington sont mécontents de sa construction et ont toujours tenté de la saper. Or, Moscou a plus d'une fois expliqué ses avantages économiques pour l'Europe et a appelé à arrêter de politiser sa mise en exploitation. La construction s'est achevée en septembre 2021.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала