Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Cherté de la vie au Royaume-Uni, sujet brûlant de la rentrée politique

© Sputnik . Alex McNaughton / Aller dans la banque de photosLondres, Royaume-Uni
Londres, Royaume-Uni - Sputnik France, 1920, 10.01.2022
S'abonner
En proie à une inflation record et à des prix de l'énergie en constante augmentation, les ménages britanniques seront confrontés à un marasme financier en 2022, à moins d'une intervention de l’exécutif, qui s’annonce très délicate.
La stagnation des salaires combinée à la hausse des impôts et des factures d'énergie auront l’effet d’une "catastrophe" sur le coût de la vie dès le printemps, affirment les observateurs. En effet, selon les estimations d’un important think tank britannique, les ménages du pays risquent de voir leurs dépenses de base croître de 1.200 livres en 2022.
En cause, la hausse des cotisations sociales, le gel de l'abattement de l'impôt sur le revenu et la flambée de l’inflation. Il n’en faut pas plus pour que Resolution Foundation tire la sonnette d’alarme, expliquant que l'introduction des changements fiscaux et la mise en place d’un nouveau plafond de prix sur les factures d'énergie, feront grimper les factures des Britanniques de 1.200 livres "du jour au lendemain".
"Les mois à venir ne seront pas faciles pour les ménages qui voient leurs salaires reculer alors que les factures d'énergie et les taxes augmentent", soutient le groupe de réflexion dans un rapport, estimant que le réel défi auquel sera confronté le pays dans les mois à venir ne sera ni l’impact du Brexit ni celui du variant Omicron, mais bien le gouffre qui guette les finances des ménages.
L'inflation britannique a fini l’année 2021 sur son plus haut niveau depuis 10 ans, d’après les données officielles du Bureau de la Statistique Nationale (ONS) et les économistes suggèrent qu’elle poursuivra son trend haussier en 2022.
Les solutions qui s’offrent à l’Exécutif britannique ne sont pas nombreuses et ont toutes un coût politique et financier important.
La réduction de la TVA sur l’énergie, que les travaillistes considèrent comme "première mesure" pour appuyer les ménages en difficulté, devrait couter deux milliards de livres pour ne compenser qu’une partie de la hausse des factures attendue en avril.
En définitive, aucune solution capable de satisfaire tout le monde ne semble se dégager et Johnson devra trancher prudemment en faveur de l’option qui lui semble la plus appropriée, tout en gardant les rangs des Tories, qui semblent divisés ces derniers mois, serrés face à l’avalanche de critiques qui risque de s’abattre sur le gouvernement.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала