Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Présidentielle 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Parrainages présidentiels: "Il serait anormal que Mélenchon et Zemmour ne puissent se présenter"

© REUTERS / CHRISTIAN HARTMANNÉlections régionales et départementales 2021 en France
Élections régionales et départementales 2021 en France - Sputnik France, 1920, 10.01.2022
S'abonner
Dénoncée par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, la contrainte des 500 signatures d’élus cristallise les critiques. Le député LFI Michel Larive milite pour l’adoption d’un système plus démocratique.
Dans la course à la magistrature suprême, le recueil des 500 signatures d’élus, répartis sur au moins trente départements, relève parfois du parcours du combattant. Une étape pourtant obligatoire pour figurer parmi les postulants de l’élection phare de la Cinquième République. Ainsi Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou encore Éric Zemmour se sont-ils émus de la difficulté pour leurs équipes de convaincre notamment les maires de leur octroyer ce précieux parrainage. Une "histoire absolument folle", a tonné Éric Zemmour sur Europe 1. L’ex-polémiste a d’ailleurs appelé David Lisnard, président de l’Association des maires de France (AMF), à "faire un pool de signatures et à donner les signatures à tous les candidats qui sont au minimum à 5 ou 8 % dans les sondages". Un procédé qui permettrait "que les noms [des édiles] ne veuillent plus rien dire puisque ce sera décidé par tous les maires".

La fin de l’anonymat, une "pression" sur les élus?

De son côté, le chef de file de la France insoumise a demandé un rendez-vous avec Gérard Larcher, président du Sénat: "Il est celui qui jouit de la plus grande autorité morale auprès des élus pour redire la règle: un parrainage n'équivaut pas à un soutien. Sa voix peut être entendue", a fait valoir Jean-Luc Mélenchon.
Contacté par Sputnik, Michel Larive, député LFI, estime qu’il "peut exister une forme de pression": "Elle est ressentie par les maires ruraux notamment, qui se disent que si je parraine, que l’on voit mon nom derrière tel candidat, est-ce que j’aurais bien les subventions qui iront?" Et pour cause, la loi de 2016, sous le quinquennat Hollande, a mis fin à l’anonymat des élus en introduisant la publication des noms des parrains.

"C’est un système qui, d’une façon, met sous emprise. […] Les deux grands partis qui sont implantés sur le territoire national, je parle notamment des Républicains, à droite, et du Parti socialiste, à gauche, ont un moyen de pression extrême", avance l’élu de l’Ariège.

Michel Larive appelle donc à rétablir l’anonymat des parrainages, car dès qu’ils le sont "dans la très grande majorité des cas, le maire joue le jeu de la démocratie", veut croire le député LFI.

Parrainages citoyens, le remède miracle?

Des doléances qui ne convainquent guère la candidate socialiste Anne Hidalgo. Selon l’édile de Paris, les candidats qui ne réussissent pas à obtenir ces signatures pour la présidentielle "ne méritent pas d’y participer". "Tant pis pour eux, ça veut dire qu’ils n’ont pas convaincu 500 maires", a taclé Anne Hidalgo sur CNews.

"Madame Hidalgo qui représente 2% des sondages est certaine d’apparaître sur les listes du scrutin présidentiel et Mélenchon qui représentait quasiment 20% des électeurs au premier tour en 2017, ne va peut-être pas pouvoir?" s’insurge Michel Larive.

En effet, le candidat LFI a indiqué qu’il disposait actuellement de 391 parrainages, tandis que le PS espère en recevoir près de 2.000. Une situation pour le moins cocasse.
Anne Hidalgo - Sputnik France, 1920, 10.01.2022
Présidentielle 2022
Anne Hidalgo tacle Marine Le Pen et Éric Zemmour sur leur manque de parrainages
Alors comment rendre le système plus représentatif? "Intégrer les citoyens au processus", propose Michel Larive. Le député de l’Ariège rappelle qu’en octobre 2020, lui et des membres de son groupe parlementaire ont déposé un projet de loi visant à instaurer une procédure de parrainage citoyen. Une proposition qui avait d’ailleurs déjà formulée en 2012, dans le cadre d’une commission présidée par Lionel Jospin.
Dans les faits, il serait nécessaire de recueillir 150.000 paraphes de citoyens afin de valider son ticket. Un procédé qui permettrait d’"enlever la pression" aux maires, mais également aux députés et sénateurs, députés européens, ou encore conseillers départementaux qui peuvent aussi offrir leur parrainage.

"Cela permettrait à des candidates et à des candidats de démontrer qu’ils ont un véritable soutien dans la société avec quelques centaines de milliers de parrainages citoyens et de pouvoir concourir à l’élection, alors même qu’ils ne sont pas déjà implantés en profondeur dans le réseau des élus", abonde au micro de Sputnik Yves Sintomer.

Le politologue souligne que, si le système actuel permet "d’écarter les candidatures fantaisistes", ce mécanisme permet également, "et cela est plus contestable", "de rendre plus difficile l’entrée dans le champ politique de nouveaux entrants, qui n’ont pas déjà un réseau d’élus à disposition". "Cela touche en l’occurrence assez fortement des candidatures comme celle de Jean-Luc Mélenchon ou Zemmour", précise-t-il.

"Quoi qu’on en pense de leurs candidatures, on peut en penser le “pire mal” possible, il n’empêche que, lorsque des personnes […] sont créditées de plus de 5% des voix, il serait anormal qu’elles ne puissent pas se présenter parce qu’elles représentent une offre polémique nouvelle", prévient Yves Sintomer.

Un point de vue que partage Michel Larive. Il dénonce un dispositif qui peut conduire à "faire de petits arrangements entre amis": "En filtrant de la sorte on instaure un jeu électoral complètement dévoyé." "On avait déjà une défiance en l’activité politique. Imaginez-vous qu’un gros candidat ne puisse pas être présent… Le taux d’abstention exploserait", prévient le député de l’Ariège.
Le parrainage citoyen pourrait-il revitaliser la vie politique? "Il faudrait beaucoup plus que cela pour restaurer la crédibilité du système politique et ressusciter l’adhésion des citoyens", rétorque le politologue.

"Il n’empêche que cela pourrait être l’un des éléments permettant effectivement de réduire le gouffre qui s’est creusé entre la classe politique et les citoyens", conclut Yves Sintomer.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала