Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Cédric Jubillar aurait avoué avoir tué sa femme Delphine, tout en se moquant des enquêteurs

© AFP 2021 FRED SCHEIBERMarche en hommage à l'infirmière à Albi
Marche en hommage à l'infirmière à Albi - Sputnik France, 1920, 11.01.2022
S'abonner
Cédric Jubillar, dont la femme Delphine a été portée disparue il y a plus d’un an, aurait avoué à un détenu l’avoir tuée, selon Le Parisien. Il serait également moqué des enquêteurs, incapables de trouver "le couteau".
Alors que les avocats de Cédric Jubillar réclament toujours sa remise en liberté, considérant que le dossier est "vide", Le Parisien publie des éléments de l’enquête, dont les confessions que l’intéressé aurait faites à un autre détenu.
Le suspect principal dans la disparition de l’infirmière Delphine Jubillar en décembre 2020 à Cagnac-les-Mines (Tarn), son mari Cédric, est incarcéré depuis juin à la prison de Toulouse-Seysses (Haute-Garonne).
D’après un ancien détenu dénommé Marco, Cédric Jubillar, occupant une cellule voisine, lui aurait avoué avoir tué Delphine. Comme le rapporte le quotidien, ces confidences ont été faites quand l’intéressé, dépendant au cannabis, était en manque.
Selon ses propos, le jour de la disparition de l’infirmière, dans la soirée du 15 au 16 décembre 2020, une querelle a éclaté entre les époux, alors en instance de divorce.

"Il aurait d’abord vu un message de l’amant de sa femme avec qui elle textotait. Il a pris son téléphone des mains et a vu les messages. C’est ça qui l’a fait vriller", révèle un détenu aux enquêteurs.

Par ailleurs, Cédric savait "où l’enterrer", même avant les faits. Il aurait ajouté qu’il avait enterré le corps de Delphine dans "un endroit qui a déjà brûlé", sans donner plus de précisions.
Un autre prisonnier a également été témoin d’une partie des confessions-fleuves du suspect, qui aurait évoqué l’arme utilisée pour supprimer sa femme, se moquant des enquêteurs:

"Ces abrutis, ils n’ont même pas trouvé le couteau".

Enfin, dans une lettre à sa nouvelle compagne, Cédric Jubillar aurait désigné l’endroit où se trouve le corps de Delphine. D’après le Parisien, il s’agit d’une ferme où l’un des hangars a brûlé en avril 2021. Selon les informations du quotidien, le site a été inspecté ces dernières semaines. De nouvelles fouilles sont prévues.

"Ce dossier est vide"

Toutefois, ce 11 janvier, la cour d'appel de Toulouse examine une nouvelle demande de remise en liberté, la troisième.

"Plus que jamais ce dossier est vide, ce dossier se désagrège avec le temps, c'est l'enlisement. On le dit depuis six mois, et on continue de maintenir cet homme en détention", assurait à l’AFP l’un de ses trois avocats, Jean-Baptiste Alary, avant l’audience.

Affaire sans cadavre ni aveux

Delphine Jubillar, 33 ans, infirmière de nuit dans une clinique d'Albi, en instance de divorce avec son mari, a disparu de leur maison en plein couvre-feu le 15 décembre 2020. Peu avant, Cédric Jubillar avait appris qu’elle envisageait de refaire sa vie avec un autre homme.
Le suspect clame toujours son innocence. Mi-décembre, sa nouvelle compagne a été placée en garde à vue puis relâchée sans être mise en examen.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала